Actualité théâtrale

Théâtre La Bruyère à partir du 13 septembre 2017

« Marco Polo et l’hirondelle du Khan » Écrit et mis en scène par Eric Bouvron.

Le grand souverain mongol Kublai Khan, petit fils de Ghengis Khan, conquérant fou, meurtrier et amateur de belles femmes accueille dans son Palais un jeun étranger fougueux, ambitieux, assoiffé d’aventure venu de Venise.

Il voit en lui le partenaire nécessaire à ses prochaines conquêtes.

Marco Polo qui vient d’effectuer un long périple est impressionné par le luxe du Palais de Khan et la puissance de son hôte.

Mais il est surtout subjugué par la beauté d’une jeune femme qui s’avère être la quatrième et la plus précieuse femme du redoutable empereur.

Théâtre : Marco Polo

Après une adaptation très réussie de s« Cavaliers » de Joseph Kessel, Eric Bouvron aborde de nouveau le monde oriental et mystérieux des Steppes.

Son admiration pour le personnage de Marco Polo l’a conduit à « rencontrer » celui de Kublai Khan qui a posé la première pierre pour la construction de la Chine telle qu’on la connaît aujourd’hui.

On sait peu de choses sur la vie intime de Marco Polo et de Kublai Khan. On sait seulement que ces deux personnages d’exception sont restés côte à côte pendant seize ans.

Le texte d’Eric Bouvron raconte le moment de la première rencontre entre les deux hommes qui, bien qu’appartenant à des générations, des cultures, des coutumes et des croyances différentes, se sont immédiatement reconnus comme des « complices ».

Trois comédiens sont les interprètes de Marco Polo, Khan et la femme de Khan. Ils sont assistés de quatre musiciens/chanteurs/compositeurs qui, qu’ils se tiennent en retrait ou qu’ils occupent le devant de la scène, qu’ils soient silencieux ou actifs, interviennent dans le déroulement du récit comme les coryphées des tragédies grecques.

Eric Bouvron possède un don pour une écriture singulière et passionnante , aussi originale dans l’intime que dans l’épopée.

Il a parfaitement mesuré les limites d’un plateau de théâtre et dans un décor dénudé, sur une petite scène en pente située au centre de l’espace qui crée deux niveaux, il fait vivre à ses personnages autant la passion amoureuse que les oppositions d’un combat.

« Marco Polo et l’hirondelle du Khan » est un divertissement original, passionnant, écrit à mi-chemin entre l’épopée, l’ampleur des personnages et une intimité en sourdine, entre le dépassement des situations et la simple souffrance humaine.

Le scénographie toute simple est très belle et les comédiens, les chanteurs, danseurs et compositeur remarquables.

On cherche parfois midi à quatorze heure pour choisir un spectacle de théâtre. En voilà là un tout indiqué pour passer un bien agréable moment.

Francis Dubois

Théâtre La Bruyère 5 rue La Bruyère 75 009 Paris

Réservation : 01 48 74 76 99 / www.theatrelabruyere.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les femmes de Barbe Bleue »
    « Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir » ? Telle est la question que ne cesse de poser la femme de Barbe Bleue dans le célèbre conte de Perrault. Elle espère l’arrivée de ses frères qui vont la... Lire la suite (1er décembre)
  • « La peau de l’eau »
    Un jour au pied du phare dont il est le gardien, August a découvert un canot. A son bord un homme mort et un bébé enveloppé dans un châle. Philomène la femme d’August, qui vient de faire une... Lire la suite (1er décembre)
  • « La vie est belle »
    En 1946, Franck Capra signait La vie est belle , une sorte de joli conte de Noël moderne, qui est toujours considéré comme un classique du cinéma américain. Stéphane Daurat, qui avait déjà adapté pour... Lire la suite (27 novembre)
  • « Le paradoxe amoureux »
    Philippe Honoré poursuit sa collaboration avec le metteur en scène Philippe Person, en adaptant l’essai de Pascal Bruckner, où celui-ci explore les multiples visages du sentiment amoureux, le désir,... Lire la suite (27 novembre)
  • « L’expérience de l’arbre »
    En 2008 le jeune acteur Simon Gauchet s’initie pendant un mois au Japon au théâtre Nô de l’école Kongo avec un maître, Tatsushige Udaka. À la fin de sa formation, alors qu’il doit repartir en France, il... Lire la suite (22 novembre)