Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pietro Marcello (Italie-France-Allemagne)

« Martin Eden » Sortie en salles le 16 octobre 2019.

Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une carrière d’écrivain qui le conduira à la reconnaissance et au succès. Il va conquérir l’amour d’une jeune et belle bourgeoise et par là, s’introduire dans un monde qui le fascine mais dont il découvrira au final qu’il n’était pas pour lui.

Cinéma : Martin Eden

Le roman de Jack London qui a pour thème central le conflit de classes à travers la culture, a été pour nombre de jeunes lecteurs sur plusieurs générations, un roman d’initiation.

« Martin Eden » est le portrait d’un autodidacte ; le déroulement d’un itinéraire et la volonté farouche d’un jeune prolétaire dont l’objectif qu’il s’était fixé un fois atteint lui aura procuré une reconnaissance mais l’aura en contre partie, éloigné de ses origines sociales.

Pietro Marcello et son scénariste Maurisio Braucci qui avaient écrit ensemble le film précédent « Bella et perduta  » se sont penchés sur l’adaptation du livre de Jack London selon une narration par ellipses rythmée par une série de flash backs qui racontent le parcours de Martin avant qu’il rencontre le succès.

Le film n’est pas une simple adaptation à l’époque actuelle du roman.

Jack London y raconte l’histoire de ceux qui ne sont pas intellectuellement formés dans la famille ou à l’école mais à travers des éléments de culture glanés en chemin au gré de rencontres qui, chacune à sa façon leur aura procuré les moyens d’un éveil à la culture et l’accès au charme de la reconnaissance sociale via le succès.

Pietro Marcello respecte la linéarité de l’histoire d’une vie exemplaire depuis la découverte de la lecture jusqu’au plaisir de l’écriture en passant par l’ivresse de la création.

Viennent s’intercaler, sous le forme d’images surannées, des séquences qui renvoient au passé et des scènes en décalage. Elles apportent au récit une coloration poétique qui fait que le film baigne à la fois dans un réalisme teinté de mélodrame et, à travers le regard de Martin Eden, dans des univers légèrement décalés.

Ce qui était perceptible dans «  Bella e perduta  » qui était du domaine du conte avec des détours du côté de la comedia dell’arte et relevait d’un lyrisme assumé, se glisse avec bonheur dans le récit réaliste de la libre adaptation du roman de Jack London.

Il résulte au final de l’adaptation d’une œuvre mythique qui aurait pu se voir corsetée par un souci de respect, un film infiniment personnel, un récit aussi touchant que cruel, aussi généreux qu’il est égoïste...

Il faut aller voir...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)