Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

(Re)découvrir

« Marxisme et Liberté », Raya Dunayevskaya

Les années 1960 sont celles des polémiques autour des conceptions du marxisme, du rapport de Marx à Hegel et de la nature de l’URSS, capitalisme d’État ou « État ouvrier bureaucratiquement dégénéré ». Polémiques qui, aujourd’hui, apparaissent « vieillottes » sinon obsolètes. La lecture de « Marxisme et liberté » de Raya Dunayevskaya (1910-1987 » montre qu’elles recèlent une forme d’actualité. Raya fut secrétaire de Trotski et s’installa aux États-Unis où elle rencontra C.L.R. James et Herbert Marcuse. Sa thèse qui se résume en une théorie de la libération, s’appuie sur l’histoire du mouvement ouvrier et mouvement d’émancipation des Africains-Américains, sorte de pont entre l’Europe et les États-Unis. Elle veut faire le lien entre théorie et pratique, pratique et théorie en redonnant une grande place à Hegel pour élaborer un « humanisme nouveau » pour réunifier tous les mouvements allant vers l’émancipation des individus. Le concept clé qu’elle utilise, l’aliénation, permet de comprendre son insistance sur la nécessaire libération. Elle gomme, de ce fait, l’importance de l’exploitation et, surtout, des conséquences du « fétichisme de la marchandise » qui va de pair avec la loi de la valeur. Une interprétation du marxisme très en vogue aux États-Unis de ces années 60.

Lecture : Marxisme et liberté

La démonstration qu’elle tente avec d’autres sur la caractérisation de l’URSS comme « capitalisme d’État » se heurte à la réalité même du capitalisme. A cette époque, tous les capitalismes, celui de la France en particulier, sont des capitalismes d’État. La « planification française » est loin d’être indicative, elle organise l’accumulation du capital. Il faut en conclure que cet État bureaucratique avait construit un mode de production non capitaliste sans, faute d’études plus approfondies, pouvoir, même aujourd’hui, aller plus loin dans la caractérisation. Raya fait la preuve que le raisonnement binaire ne peut pas fonctionner. Il ne suffit pas de dire – démontrer serait mieux – que ce n’est pas un « État ouvrier » pour en conclure que c’est le capitalisme. Deux absences : la théorie de l’État et l’insertion internationale de l’URSS. La première a comme conséquence d’ignorer l’État capitaliste et ses formes et ne répond pas à la question des formes de l’État ouvrier. La caste bureaucratique au pouvoir est tombée comme une feuille morte lors de la chute du Mur de Berlin faisant ainsi la démonstration de leur absence de présence dans l’accumulation du capital. Personne, dans les rangs du marxisme vivant, n’avait prévu cette chute rapide et la transformation de cette bureaucratie en serviteurs du capitalisme.

La nature de l’URSS est des problèmes non résolus de ce 20e siècle. Un sujet qu’il faudrait pourtant sortir de l’ombre pour comprendre les évolutions du siècle dernier. Raya s’y essaie . Ses arguments sont à prendre en considération avec tous ses manques pour renouer avec l’élaboration théorique, pour faire œuvre de mémoire. Pour lutter aussi contre toutes les imbécillités lues sur l’histoire de l’URSS. Pour fêter le 100e anniversaire de cette révolution qui a changé le monde...

Nicolas Béniès.

« Marxisme et Liberté », Raya Dunayevskaya, traduit par Mara Oliva, Syllepse.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • "Quand le Tage s’arrêtait à Tolède"
    Notre collègue et militant syndical Vincent Silveira, s’est adonné, depuis sa retraite d’ancien professeur de mathématiques, à sa passion pour l’histoire et la littérature en écrivant notamment trois... Lire la suite (10 septembre)
  • « Le procès de Miss Silence », Patricia Wentworth
    S’appeler « Miss Silence » est déjà tout un programme surtout lorsqu’il est question d’un procès pour homicide d’une vieille dame, une lointaine cousine de sa grand-mère assassinée dans son lit. Carey... Lire la suite (10 septembre)
  • « Le rocher avec des ailes », Anne Hillerman
    Anne Hillerman est la fille de Tony – qui a créé les personnages de la police tribale navajo dont le lieutenant Leaphorn – et a repris la saga via les personnages de Bernadette Manuelito et Jim Chee,... Lire la suite (9 septembre)
  • « DR. Knox », Peter Spiegelman
    La cité des anges, on le sait, abrite les studios de Hollywood – situé au bout de Hollywood Boulevard -, usine à rêves, comme Beverly Hills où logent toutes les stars de ce business. Los Angeles ne se... Lire la suite (9 septembre)
  • « Le dernier pêché », Rebecka Aldén
    Rebecka Aldén, pour son premier roman « Le dernier péché », dresse le portrait d’une femme qui a réussi en donnant des conseils de vie après un terrible accident qui a failli lui coûter la vie. Nora –... Lire la suite (8 septembre)