Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 janvier au Théâtre du Lucernaire

« Maupassant(es) »

Maupassant est un des écrivains français les plus connus et c’est à coup sûr celui dont les romans et nouvelles ont été les plus adaptés au cinéma et à la télévision. Sa vie aussi est bien connue : ses succès, son admiration pour Flaubert et son amitié avec Zola et Tourgueniev, sa mort à 43 ans, rendu fou par les sels de mercure qu’on lui administrait pour soigner sa syphilis.
Ce n’est pas une biographie théâtralisée qu’a choisi de monter Philippe Person, qui est aussi le directeur du Lucernaire, mais une exploration de l’écrivain à travers ses écrits. Philippe Honoré, qui avait déjà travaillé avec lui, entre autres, pour L’importance d’être Wilde a bâti une pièce enchaînant des textes de Maupassant, centrés surtout sur les femmes. Ce sont des textes où le pessimisme de Maupassant, sa misogynie, sa misanthropie aussi, éclatent. Il ne fait pas confiance aux hommes et encore moins aux femmes. Il cherche le plaisir avec elles, s’intéresse à leur conquête, mais sitôt conquises ne cherche qu’à s’en débarrasser. Son sentiment que les hommes restent étrangers les uns aux autres, sa méfiance à l’égard de la société, la solitude profonde de la fin de sa vie où il s’enfonce dans la folie, en font un homme fascinant.
Á l’image de sa vie, la première partie de la pièce est plus légère, encore que Ce cochon de Morin, sous des dehors comiques, soit plutôt une nouvelle grinçante et témoigne déjà d’un pessimisme noir sur l’espèce humaine. Des scènes comiques, La toux, par exemple, alternent avec des textes cyniques et d’une cruauté féroce sur les femmes (« Quand vous l’avez prise, c’était un plat encore appétissant, il n’y a plus que des restes ! ») et se termine par un autoportrait plein de férocité et de désespoir. Des paravents constituent le décor, peints à la façon Second Empire. Légers dans la première partie, où ils évoquent une atmosphère de bordel avec une femme aux jambes gainées de bas noirs conduisant en laisse un cochon, ils feront place dans la seconde partie à une image de mort. Les trois acteurs (Anne Priol, Emmanuel Barrouyer et Pascal Thoreau) passent avec aisance d’un registre à l’autre, de l’ironie cruelle au désespoir, des nouvelles aux réflexions plus personnelles. Tous trois sont excellents et font vivre Maupassant.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)