Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar.

« Mauvais œil », James Goodwin Istanbul, 1839

Jason Goodwin, spécialiste de l’Empire Ottoman, a mis ses connaissances au service du polar historique, à la mode ces derniers temps. Il a construit un personnage, figure du « détective », Hachim, eunuque au service du grand Vizir, sorte de policier, espion au service des basses œuvres de l’Empire. Il a comme complice la Validé, l’épouse du sultan qui a donné un fils et qui a donc une place particulière. Un personnage qui prend sa place au fur et à mesure des intrigues qui se succèdent. Les trois précédents – « Le complot des janissaires », « Le trésor d’Istanbul », « Le mystère Bellini » - avait déjà dressé son portrait. On savait qu’elle venait des Antilles françaises – la Martinique – et on apprendra ici qu’elle était liée à une certaine Joséphine de Beauharnais…
Son petit-fils – si j’ai bien suivi - vient de monter sur le trône en cette année 1839. Mahmut II est mort et Abdülmecid lui succède. Il est jeune et inexpérimenté. Une période troublée s’ouvre. Le harem est bousculé. Les anciennes s’en vont, sans rien, les nouvelles arrivent. Avec leurs croyances. Qui auront leur importance dans l’intrigue de cette histoire compliquée, à l’intrigue évolutive.
L’intérêt qui ne se dément pas tient dans la description de cet Istanbul qui n’a pas complètement disparu aujourd’hui. Il reste des traces tenaces. En cette année là, c’est aussi la fin de la construction du pont qui relie les quartiers de la ville. Et qui existe encore.
« Mauvais œil » est un titre qui fait référence aux croyances qui ont cours dans le harem et de la manière dont les intrigantes peuvent les utiliser.
Il faut suivre les aventures de Hachim. Elles permettent aussi de piquer quelques recettes qui parsèment le récit comme autant de haltes nécessaires. Le bien manger fait aussi partie de la culture.

Nicolas Béniès.

« Mauvais œil », James Goodwin, 10/18, Grands détectives.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)