Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Fred Nicolas (France)

"Max et Lenny" Sortie en salles le 18 février 2015.

Lenny est une adolescente rebelle qui partage avec son frère aîné un petit appartement dans les quartiers nord de Marseille.

Elle est passionnée de rap et c’est en composant des textes dans un carnet secret qu’elle exprime les difficultés de son quotidien, la solitude où elle trouve refuge.

Un soir, alors qu’elle répète clandestinement dans une friche, Max, une jeune congolaise sans-papiers, l’écoute dans l’ombre.

Elle est séduite par la voix et la puissance des mots.

Leur rencontre ce soir-là sera le début de l’amitié dont elles avaient grand besoin, l’une et l’autre.

"Max et Lenny " dresse le portrait de deux adolescentes d’aujourd’hui qui ont grandi dans la cité nord de Marseille, marquées l’une et l’autre par des événements qui les ont placées, à dix-sept ans, face une existence aux lendemains incertains.

Les parents de Lenny sont morts. Elle a eu un bébé à 16 ans et commence à prendre conscience de sa maternité. L’enfant est pour l’instant dans un centre d’accueil et elle souffre de ne pas pouvoir le voir à sa guise.

Max n’est guère mieux lotie. Sa mère a été reconduite à la frontière et elle assume seule le quotidien d’une grand-mère vieillissante et de ses trois jeunes frères et sœurs.

Sans papiers, elle sait que lorsqu’elle aura atteint dix-huit ans, elle sera un jour ou l’autre renvoyée dans son pays d’origine.

Max et Lenny s’attachent très vite l’une à l’autre et Max voudrait que Lenny donne ses textes de rap en public et qu’elle enregistre un cd.

Surprises par des vigiles au moment où elles volent un objet dans une grande surface, Max est envoyée dans une centre de rétention.

Leur séparation est pour chacune, un cruel déchirement.

Cinéma : Max et Lenny

La vie dans les cités des quartiers nord de Marseille diffère peu de celle des banlieues parisiennes :

chômage, trafics de toutes sortes, rivalités entre bandes, adolescents livrés à eux-mêmes.

Ici, la parole est donnée aux filles pour lesquelles, dans les cités, il est difficile de faire entendre leurs voix ; plus encore à l’adolescence qui est l’âge des possibles mais également celui où on prend conscience des impasses, où l’on ressent le plus cruellement les injustices, où l’esprit d’aventure se heurte sans cesse aux obstacles du quotidien et aux épreuves de la réalité.

A l’étroit dans les contraintes de la vie et dans un paysage urbain désolé, elles nourrissent des rêveries d’envol.

Fred Nicolas filme un tandem de battantes qui seraient presque le négatif l’une de l’autre. Lenny est blanche de peau mais noire et torturée à l’intérieur. Max est une jeune black mais elle est positive, solaire et inventive.

Il filme Marseille, de la même façon, comme une ville de contrastes.

Marseille dont il dit qu’elle est sa "ville intime" est vue de telle sorte qu’elle lui permet de transcender le réalisme social pour aller vers une coloration du récit plus poétique et optimiste et montrer à la fois le monde violent des banlieues mais aussi celui des criques ensoleillées et des quartiers résidentiels.

La musique est un des éléments essentiel du récit.

Au festival de St-Jean-de-Luz, Xavier Beauvois a confié à Fred Nicolas "Tu m’as fait comprendre le rap".

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)