Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Tonino de Bernardi (Italie, France)

"Médée Miracle" Sortie en salles le 30 mars 2011

Dans le film de Tonino de Bernardi, Médée, héroïne du mythe grec est devenue Irène. C’est une jeune femme d’aujourd’hui, déracinée, chanteuse de cabaret, mère de deux enfants .Elle est mariée à Jason, un homme qui vient de la quitter pour aller vivre avec une autre.
Le projet d’une transposition de la tragédie de Médée dans notre monde contemporain était terrain glissant. Il pouvait donner lieu à un rétrécissement du sujet, à une histoire dramatique mais terriblement banale, un fait divers sur fond de conflits post-conjugaux, de garde d’enfants difficile à définir, de destitution des droits maternels.
Tonino de Bernardi n’a pas cherché à éviter à tout prix les clichés inhérents à une adaptation contemporaine de la Médée tueuse de ses enfants. Pourtant son film échappe, par sa forme d’abord et en tous autres points, au réalisme attendu. Le sacrifice n’aura pas lieu.
La construction est à la fois linéaire pour rester au plus près de l’histoire et de l’héroïne, tout en étant éclatée, mettant bout à bout des moments de la vie terne et sans relief d’Irène obsédée par la trahison de Jason et par l’amour pour ses enfants qu’on voudrait lui retirer.
Le parti pris d’une narration en creux qui s’attache surtout à l’ordinaire est rehaussée par une magnifique photographie et un beau travail sur les lumières qui s’accordent parfaitement au tracé du récit et au jeu retenu et pensif d’Isabelle Huppert qui amène sans broncher son personnage au bord de tous les précipices.
En comédienne exceptionnelle, elle sait donner à la moindre réplique la tonalité juste pour rendre la force dramatique de la vacuité ou de l’insignifiance.

Qu’elle déambule dans les rues d’une banlieue populaire ou interprète, micro en main, une nouvelle orchestration de la chanson"Crazy Love" de Marianne Faithfull, sous les feux savamment appauvris d’un cabaret de second ordre, elle est magnifique.
La rencontre d’Isabelle Huppert et de Tonino de Bernardi était nécessaire pour donner lieu à ce joyau cinématographique d’une rare limpidité. Une œuvre personnelle, superbe de modestie et d’efficacité. qui rend au cinéma ses lettres de noblesse et ajoute à son actif, une aventure pleine et totale de création.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)