Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Tonino de Bernardi (Italie, France)

"Médée Miracle" Sortie en salles le 30 mars 2011

Dans le film de Tonino de Bernardi, Médée, héroïne du mythe grec est devenue Irène. C’est une jeune femme d’aujourd’hui, déracinée, chanteuse de cabaret, mère de deux enfants .Elle est mariée à Jason, un homme qui vient de la quitter pour aller vivre avec une autre.
Le projet d’une transposition de la tragédie de Médée dans notre monde contemporain était terrain glissant. Il pouvait donner lieu à un rétrécissement du sujet, à une histoire dramatique mais terriblement banale, un fait divers sur fond de conflits post-conjugaux, de garde d’enfants difficile à définir, de destitution des droits maternels.
Tonino de Bernardi n’a pas cherché à éviter à tout prix les clichés inhérents à une adaptation contemporaine de la Médée tueuse de ses enfants. Pourtant son film échappe, par sa forme d’abord et en tous autres points, au réalisme attendu. Le sacrifice n’aura pas lieu.
La construction est à la fois linéaire pour rester au plus près de l’histoire et de l’héroïne, tout en étant éclatée, mettant bout à bout des moments de la vie terne et sans relief d’Irène obsédée par la trahison de Jason et par l’amour pour ses enfants qu’on voudrait lui retirer.
Le parti pris d’une narration en creux qui s’attache surtout à l’ordinaire est rehaussée par une magnifique photographie et un beau travail sur les lumières qui s’accordent parfaitement au tracé du récit et au jeu retenu et pensif d’Isabelle Huppert qui amène sans broncher son personnage au bord de tous les précipices.
En comédienne exceptionnelle, elle sait donner à la moindre réplique la tonalité juste pour rendre la force dramatique de la vacuité ou de l’insignifiance.

Qu’elle déambule dans les rues d’une banlieue populaire ou interprète, micro en main, une nouvelle orchestration de la chanson"Crazy Love" de Marianne Faithfull, sous les feux savamment appauvris d’un cabaret de second ordre, elle est magnifique.
La rencontre d’Isabelle Huppert et de Tonino de Bernardi était nécessaire pour donner lieu à ce joyau cinématographique d’une rare limpidité. Une œuvre personnelle, superbe de modestie et d’efficacité. qui rend au cinéma ses lettres de noblesse et ajoute à son actif, une aventure pleine et totale de création.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)