Autour du Jazz

Redevenir sauvage.

« Mélange de rages » Michel Fernandez quartet

Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous les sens du terme. « Musique d’intello » dit-on, musique emmerdante en est la traduction, « qui prend la tête ». Pourtant, le jazz a été qualifié dans un passé pas si lointain, de « musique de sauvages », perturbant nos chères têtes blondes. Des ligues se sont élevées contre le jazz – ensuite contre le rock -, considéré comme la musique du diable.

Le jazz sait exprimer – on l’a oublié – la rage, la colère, la sauvagerie qui se dissimule derrière cette société policée. Le jazz des années 1960-70 est marqué par le « mélange de rages » - titre du dernier album du saxophoniste Michel Fernandez. La mobilisation dite des Gilets Jaunes est aussi le condensé de toutes les rages qui s’accumulent dans cette société profondément inégalitaire.

Jazz : Michel Fernandez

La musique que propose Michel Fernandez et son quartet – Benoît Thévenot, piano, claviers, François Gallix, contrebasse, Nicolas Serret, batterie – tire ses origines de ces années de feu. John Coltrane est une des références. « Jeune homme en colère » tel qu’il était qualifié au début des années 60, il a su par la sauvagerie de son art révolutionner une fois encore cette musique. Le free-jazz a dynamité toutes les structures pour proposer une autre manière d’entendre. Michel Fernandez ne s’est pas contenté de reprendre le flambeau. Il apporte, avec ses compagnons, d’autres expériences, d’autres affluents mêlant Afrique, Amérique latine – sans oublier le calypso et Sonny Rollins - pour concevoir d’autres solidarités, revenir à la fraternité et à la sororité. Il faut savoir entendre le murmure du temps pour construire une mémoire du futur.

Nicolas Béniès

« Mélange de rages », Michel Fernandez quartet, Dreamphone/Socadisc

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "Le souffle de la liberté" de Nicolas Béniès
    1944-49, des années noires, rouges et jazz. Espoirs insensés cohabitent avec la barbarie. La période de l’Occupation est souvent occultée. Nicolas Béniès, dans "Le souffle de la liberté" (C&F... Lire la suite (Octobre 2014)
  • Diva du jazz, Sarah Vaughan.
    Sarah Vaughan, très tôt, soit dès son entrée dans l’orchestre d’Earl Hines, elle a à peine 20 ans, fut surnommée « Sassy ». Alain Gerber, dans sa présentation, traduit ce surnom par « l’Effrontée ». Mon... Lire la suite (Septembre 2014)
  • Henri Salvador, pataphysicien borisien et vianesque.
    Déjà le volume 4, pour cette « Intégrale Henri Salvador », déjà les années 1956-1958 qui voient la collaboration avec Boris Vian prendre réellement son envol. Tous les rythmes vont y passer, rythmes à la... Lire la suite (Septembre 2014)
  • Paris, Ville Lumière du jazz
    La fin des années 1950 et le début des années 60 sont des années fastes pour le jazz, la soul music comme le rock. Paris, capitale des capitales, prend toute sa place dans ce déferlement de création.... Lire la suite (Septembre 2014)
  • Deux voix (es ?)
    Elisa Arciniegas Pinilla est à la fois altiste (violon alto) et vocaliste. Son album, « Improvisible » est fait de rencontres, de duos ponctuées de soli qui deviennent une sorte de discussion entre... Lire la suite (Août 2014)