Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Basile Doganis (France-Grèce)

« Meltem » Sortie en salles le 13 Mars 2019.

Un an après la mort de sa mère, Elena, jeune française d’origine grecque, retourne dans la maison de vacances que les deux femmes possédaient sur l’île de Lesbos. Elle est venue accompagnée de ses amis Nassim et Sebou, deux jeunes banlieusards plus habitués à traîner dans leur cité qu’à fréquenter les plages de sable. Elena y retrouve Manos l’ancien compagnon de sa mère, qui réside sur l’île et avec qui elle continue d’entretenir une belle relation. La relative sérénité dans laquelle se déroulent ces vacances va être troublée par la rencontre d’Elena et de ses amis avec Elyas, un jeune réfugié syrien paumé, à la recherche de sa mère dont, au fil des contrôles policiers, il a été séparé.

Le mot Meltem a plusieurs sens : c’est le nom du vent du nord parfois très violent qui souffle en été entre la Grèce et la Turquie. C’est aussi un prénom féminin turc et c’est dans la langue turque, un mot utilisé comme nom commun pour désigner une femme forte, au caractère bien trempé, l’équivalent en français de fonçeuse, voire de tornade.

Cinéma : Meltem

Basile Doganis qui a grandi entre deux pays, deux cultures, a mis beaucoup d’éléments autobiographiques dans son film et dans le parcours franco-grec d’Elena qui a vécu en France, a adopté le pays et qui, pendant de nombreuses années, a tourné le dos à la Grèce et à sa langue maternelle, le grec.

Et le film pose entre autres cette question de savoir quels sont les liens humains qui font qu’on se sent appartenir à un pays, celui qu’on quitte ou celui qui accueille.

Tout le cheminement d’Elena dans le film, qui est aussi l’histoire d’un deuil, consiste à renouer avec l’héritage maternel au sens propre -la maison maternelle- comme au figuré : le pays et la langue maternelle.

Le choix de l’Ile de Lesbos comme décor du film et de l’époque où il situe son film – juillet 2015- a été dicté à Basile Doganis pour avoir été un des moments particulièrement difficile qu’a traversé le pays entre menace de « grexit », le référendum contre les politiques d’austérité, la crise économique et une crise migratoire inédite.

Une période où la Grèce en crise a été le théâtre de la présence de deux mondes, d’une part les touristes occidentaux aisés en vacances et à proximité, la misère bien réelle de dizaines de milliers de familles en exil.

Il était facile pour un cinéaste de voir un enjeu de cinéma dans cette situation surréaliste.

Il serait excessif d’affirmer que le film de Basile Doganis tient toutes les promesses qu’il s’était sans doute promis de traiter dans un film sensible et généreux ou sur lesquelles il s’était parfois engagé sans les faire aboutir.

Il faut quelquefois trier dans l’abondance des séquences parfois disparates, de portée inégale, pour y retrouver les siens parmi les sujets abordés. Et l’épisode mettant en présence parmi les autres, le jeune Elyas, réfugié Syrien en perdition, n’est pas le plus fort pour traiter à lui seul du problème des réfugiés qui ont trouvé asile en Europe, de la dispersion des familles au hasard de contrôles, de l’avenir plus qu’incertain du lendemain de ces individus naufragés.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)