Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 novembre au Poche-Montparnasse

« Mémoires d’un fou »

Flaubert n’avait que 17 ans quand il écrivit ces mémoires d’un fou . Écrit comme si l’auteur était un homme mûr se penchant sur son passé, il y parle de ses années de collège où il souffre des railleries de ses camarades et des phrases assassines des pédagogues qui visent à le ridiculiser. Il y évoque ses premiers émois amoureux pour Maria, une femme mariée de dix ans son aînée, dont il fera la Madame Arnoux de L’éducation sentimentale . Jeune homme il rêve de voyages, d’Orient et de gloire. Il écrit et se désespère de ne pas arriver à dire ce qu’il vit, ce qu’il pense. « Je voudrais le beau et le sublime et je ne trouve que le doute… Le doute, c’est la mort ».

Théâtre : Mémoires d'un fou
La scénographie fait la part belle à l’obsession d’écrire qui habite Flaubert, dès son plus jeune âge : scène envahie jusqu’aux cintres par des feuillets que l’on imagine couverts de l’écriture serrée de l’auteur, lettres lumineuses qui semblent couler comme un torrent. Seuls quelques éclairages, rouges lorsqu’on entre dans l’univers des cauchemars ou bleus lorsque le jeune homme parle de sa promenade en barque avec Maria et son mari, renvoient à l’histoire de sa vie. Dans ce capharnaüm de papier, William Mesguisch est habité par son personnage. Il a la rage et le désespoir de celui qui dit se ranger dans la catégorie des fous plutôt que dans celle des sots, ces pédagogues étriqués et ses condisciples ricaneurs et cruels. Fébrile, il écrit avec passion, enrage de ne pas arriver à dire ce qu’il vit et ce qu’il pense, froisse les pages, les jette, recommence. On partage son émerveillement devant le corps entrevu des femmes, sa folie, sa passion, ses doutes quand il dit « Je suis un grand homme manqué, je ne serai qu’un écrivailleur ». William Mesguisch fait vivre un Flaubert qui, tout jeune encore, passe de l’exaltation au doute, de la confiance dans son génie - « Ma vie, c’est ma pensée » - au désespoir. Merci à William Mesguisch d’avoir fait vivre avec tant de passion ce Flaubert qui n’est pas encore Flaubert.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)