Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 novembre au Poche-Montparnasse

« Mémoires d’un fou »

Flaubert n’avait que 17 ans quand il écrivit ces mémoires d’un fou . Écrit comme si l’auteur était un homme mûr se penchant sur son passé, il y parle de ses années de collège où il souffre des railleries de ses camarades et des phrases assassines des pédagogues qui visent à le ridiculiser. Il y évoque ses premiers émois amoureux pour Maria, une femme mariée de dix ans son aînée, dont il fera la Madame Arnoux de L’éducation sentimentale . Jeune homme il rêve de voyages, d’Orient et de gloire. Il écrit et se désespère de ne pas arriver à dire ce qu’il vit, ce qu’il pense. « Je voudrais le beau et le sublime et je ne trouve que le doute… Le doute, c’est la mort ».

Théâtre : Mémoires d'un fou
La scénographie fait la part belle à l’obsession d’écrire qui habite Flaubert, dès son plus jeune âge : scène envahie jusqu’aux cintres par des feuillets que l’on imagine couverts de l’écriture serrée de l’auteur, lettres lumineuses qui semblent couler comme un torrent. Seuls quelques éclairages, rouges lorsqu’on entre dans l’univers des cauchemars ou bleus lorsque le jeune homme parle de sa promenade en barque avec Maria et son mari, renvoient à l’histoire de sa vie. Dans ce capharnaüm de papier, William Mesguisch est habité par son personnage. Il a la rage et le désespoir de celui qui dit se ranger dans la catégorie des fous plutôt que dans celle des sots, ces pédagogues étriqués et ses condisciples ricaneurs et cruels. Fébrile, il écrit avec passion, enrage de ne pas arriver à dire ce qu’il vit et ce qu’il pense, froisse les pages, les jette, recommence. On partage son émerveillement devant le corps entrevu des femmes, sa folie, sa passion, ses doutes quand il dit « Je suis un grand homme manqué, je ne serai qu’un écrivailleur ». William Mesguisch fait vivre un Flaubert qui, tout jeune encore, passe de l’exaltation au doute, de la confiance dans son génie - « Ma vie, c’est ma pensée » - au désespoir. Merci à William Mesguisch d’avoir fait vivre avec tant de passion ce Flaubert qui n’est pas encore Flaubert.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)