Actualité théâtrale

En tournée

« Memories of Sarajevo »

Julie Bertin et Jade Herbulot, deux jeunes metteuses en scène nées dans les années 80, ont démarré en 2013 un travail sur l’idée de l’Europe avec une pièce très remarquée Berliner Mauer : vestiges . Depuis, la Compagnie qu’elles ont créée, le Birgit Ensemble, a poursuivi cette réflexion et présente les deux derniers volets de leur tétralogie, Memories of Sarajevo et Dans les ruines d’Athènes .

Theâtre : Memories de Sarajevo

En février 1992 était signé le Traité de Maastricht et les dirigeants européens sablaient le champagne en tenant des discours humanistes et pacifistes sur l’avenir de l’Union Européenne. Deux mois plus tard le 6 avril 1992 le siège de Sarajevo démarrait. Symbole du nationalisme le plus obtus, de l’impuissance des nations européennes et de l’ONU, il allait durer près de quatre ans.

Après avoir évoqué avec un humour ravageur les fastes de Maastricht, Memories of Sarajevo suit la chronologie du siège, du moment où les milices serbes appuyées par l’Armée serbe encerclent la ville, jusqu’à la levée du siège en 1996, après les Accords de Dayton et l’intervention américaine qui bombarde les collines autour de la ville pour obliger les Serbes à se replier.

Le plateau est divisé en deux. En haut sur une estrade siègent à tour de rôle, le Conseil de Sécurité de l’ONU, les diplomates et les trois dirigeants, le Serbe, le Bosniaque et le Croate. En bas la population survit dans ce qui ressemble de plus en plus à des ruines où les meubles ont disparu, car les habitants les ont brûlés, tout comme les livres, pour se réchauffer un peu. Tandis qu’en haut les dirigeants se disputent le territoire et le pouvoir, que les négociations s’enlisent et que les plans de paix succèdent aux plans de paix, en bas la population voit peu à peu s’évanouir le Sarajevo multi-ethnique qu’ils habitaient, où peuples et religions cohabitaient. Ils comprennent qu’il n’y aura pas d’intervention européenne pour lever le blocus et que, comme le dit un des personnages, « les hommes politiques voulaient que le peuple de Sarajevo n’en ait plus rien à foutre d’une ville multi-ethnique et qu’il n’ait plus qu’une préoccupation, survivre ». Dès lors c’est la course pour échapper au snipers, à la faim et au froid, pour résister au bruit des explosions avec un désir de vivre chevillé au corps, tels ces jeunes qui, à la lueur des bougies, dansent jusqu’au bout de la nuit dans des caves, sur les mêmes musiques que celles qu’écoutent d’autres jeunes, en Europe dans des pays en paix.

Le texte ne sombre jamais dans le pathos, il y a même de l’humour. La vidéo est utilisée avec délicatesse, à aucun moment on ne voit des scènes de tuerie. C’est le son qui va accompagner l’émotion, bruit de balles et d’explosions dans les lointains, «  Sarajevo mon amour  », une chanson célèbre en Bosnie, chanté de façon bouleversante à la fin.

La troupe soudée, engagée, énergique emporte les spectateurs dans un torrent d’émotion où alternent la colère contre les jeux de pouvoir stériles qui seraient risibles s’ils ne portaient pas en eux autant de catastrophes, la rage devant l’impuissance de l’Europe, et surtout l’empathie avec cette population qui souffre et rêve de pouvoir enfin jouir à nouveau de la vie. Leur travail est aussi une magnifique ouverture au débat, à l’heure où les nationalismes se réveillent, où des murs s’érigent dressant les peuples les uns contre les autres et où le désenchantement à l’encontre de l’Europe ne cesse de croître. Courez les voir et emmenez-y vos élèves, vos enfants et vos amis !

Micheline Rousselet

Du 9 au 19 novembre à la Manufacture des Œillets à Ivry-sur-Seine

Les deux pièces sont ensuite en tournée :

POC Alforville, le 25 novembre, Théâtre de Châtillon, le 2 décembre, Scène Nationale d’Aubusson, le 12 décembre, Le Grand T avec Le T.U. Nantes, les 16,17 et 18 février 2018 , MC2 Grenoble, les 3 et 4 mars

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)