Autour du Jazz

Du blues qui tâche.

« Memphis Slim 27 mai 1961 »

Memphis Slim ? Le nom de ce bluesman sonne tellement parisien que tout-e amateur-e de piano, de blues, de boogie woogie français semble tout connaître et avoir tout entendu de ses enregistrements et performances. Le concert proposé dans la collection « Live in Paris » vient apporter un démenti et propose une nouvelle pierre – presque une pierre participant de la fondation du mythe Memphis Slim – à la connaissance du périple du chanteur/pianiste.

Le 27 mai 1961, Peter Chatman – son nom pour l’état civil – débarque à Paris venant de Haïfa (Israël) sans le sou. Ténot et Filipacchi organisent ce concert pour le renflouer. 250 personnes suivant la Police, 500 suivant Jazz Hot. Un public qui ne connaît pas le blues man, raconteur d’histoires, un peu griot.

Ce soir là, il se raconte en passant en revue les blues men qui comptent, particulièrement de Chicago, ville qui a quasiment vu naître le blues. Memphis Slim fait référence à Jimmy Yancey, l’un des pianistes les plus mystérieux du Boogie avec des fins en forme d’interrogations, à Pete Johnson et à beaucoup d’autres. Il n’oublie pas, dans son tour d’horizon, la Nouvelle-Orléans et « Fats » Domino en particulier. Une sorte de panorama des blues et des villes des États-Unis. Plus tard, il les fera connaître par l’intermédiaire des tournées de « L’American Folk Blues Festival ».

Jazz : Memphis Slim

Dans ces années 60, le blues n’a pas bonne presse aux États-Unis, associé par la jeune génération à l’esclavage. C’est le temps du « Black Power » et des luttes pour les droits civiques. Les blues men sont rejetés et végètent. Se profile leur grand retour via les groupes de rock anglais comme les Rolling Stones ou les Beattles.

Ce concert est donc une borne. Il a donc un double intérêt musical et sociologique, sublimé par l’art du pianiste/chanteur.

Nicolas Béniès.

« Memphis Slim 27 mai 1961 », Live in Paris, notes personnelles de Michel Brillié et un souvenir de Alain Frémeaux, Frémeaux et associés.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Stan Getz 1959 »
    Janvier 1959, la Ve République fait ses premiers pas, la guerre d’Algérie se poursuit et Paris se donne des airs de capitale du jazz. Stan Getz in Town, « The Sound » en personne est à Paris. Les... Lire la suite (30 octobre)
  • « Early In The Morning »
    « Early In The Morning » - titre de l’album du tromboniste Samuel Blaser – est un tic de langage du blues. Tôt le matin, mal réveillé, la gueule de bois après avoir partagé sa couche avec « Mr Blues »,... Lire la suite (29 octobre)
  • « The Lion And The Tiger »
    Deux sessions – remastérisées et complétées par des inédits – sont l’objet de ce coffret de deux CD pour une rencontre entre deux mémorialistes du jazz et de Harlem. Le pianiste Willie « The Lion » Smith... Lire la suite (29 octobre)
  • « French Touch »
    Stéphane Kerecki, contrebassiste, a des amours partagées. Jazz, pop, rock – tout autant, sans doute que des compositeurs modernes – sans oublier le cinéma et ses musiques. Dans son avant dernier... Lire la suite (28 octobre)
  • « Antibes 1961, Ray Charles »
    Le « Genius » - ainsi dénommé aux États-Unis – était déjà connu, en cette année 1961, des passionné-es de jazz via l’émission de Franck Ténot et Daniel Filipacchi « Pour ceux qui aiment le jazz » et même de «... Lire la suite (28 octobre)