Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jason Reitman (USA)

"Men, women and children" Sortie en salles le 10 décembre 2014.

Les nouvelles technologies concernent désormais toutes les générations. Elles saisissent dans leur tourbillon et dans des pratiques voisines ou contrastées, les adolescents, les jeunes adultes et leurs parents.

Le film de Jason Reitman, comme le faisait le roman éponyme de Chad Kultgen, relate les relations qui unissent et confrontent des adolescents et leurs parents aux nouveaux modes de communication, dans une société obnubilée par des moyens de communication qui séduisent par leur diversité et leur efficacité immédiate.

Cinéma : "Men, women and children"

La façon dont les différents personnages du récit deviennent dépendants d’internet, l’addiction à l’écran lumineux et l’effet magique d’une simple pression sur les touches d’un clavier sont traités avec objectivité, humour souvent et de façon crue parfois, puisque le réseau a également pris le relais des petites annonces coquines d’il y a à peine quelques années.

Internet nous amène beaucoup plus loin. Il modifie le fonctionnement de notre quotidien dans ce qu’il a de plus avouable mais aussi dans ce qu’il a de plus enfoui et d’intime.

Patricia Beltmeyer utilise sa machine pour suivre au plus près l’évolution de son adolescente de fille dont elle ne sait pas grand-chose.

Helen et Don Truby un couple de quarantenaires sont arrivés à épuisement du désir l’un de l’autre.

Internet permettra à Helen, par sa rencontre avec "Secretluvur" de mesurer à quel point le désir sexuel qu’elle croyait éteint, était encore fort chez elle.

Il en sera de même pour Don.

Alison Doss qui suit à la lettre les recommandations d’un site réservé aux régimes alimentaires est devenue anorexique. En dehors des moments d’intimité brefs, elle ne communique avec Bandon Lender dont elle tombée amoureuse, que par SMS, même s’ils se trouvent à proximité l’un de l’autre.

Le film de Jason Reitman montre surtout à quel point le web, en quelques années et de façon insidieuse, a bouleversé toutes les facettes de notre existence pour le meilleur et pour le pire et a inventé un nouveau type de relations prêtant à l’indifférence, à la fugacité et à un effacement à tout instant possible.

Le web permet d’entrer en contact avec des personnes inconnues pour une conversation instantanée en ligne, de jouer à un jeu vidéo et parfois d’envoyer des messages à des proches avec qui on aurait la possibilité d’avoir un échange direct.

Le film pose la question de savoir si, en simplifiant les étapes d’une rencontre, le web n’éloigne pas l’individu de l’essentiel et finalement de soi-même.

La machine qui sert d’intermédiaire ne traduit-elle pas une peur de la relation intime traditionnelle, de la confrontation directe, du face à face ?

"Men,women and Children" en multipliant les personnages dans le seul but d’offrir au récit l’éventail le plus large possible de types d’utilisateurs du web, finit par se réduire à une simple démonstration. Démonstration parfois naïve mais saisie çà et là de dérapages et d’incursions dans le domaine du sexe qui laissent perplexes et finit par interroger sur les objectifs que s’était fixés le réalisateur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les éblouis »
    Camille est une jeune adolescente et l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. Elle est passionnée de cirque, un art qu’elle apprend à pratiquer, mais le jour où ses parents intègrent une communauté... Lire la suite (17 novembre)
  • « Temporada »
    Pour prendre un poste d’employée au service municipal de l’hygiène, Juliana quitte les quartiers du centre ville d’Irauna où elle vivait avec son mari pour la métropole de Contaguem, au Brésil. Elle... Lire la suite (17 novembre)
  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)