Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Steve Suissa (France)

"Mensch" Sortie en salles le 9 décembre

Sam est perceur de coffres forts. Il excelle dans sa spécialité et ne sait rien faire d’autre. Il appartient à la communauté juive parisienne et son petit garçon, qu’il élève seul, le soupçonne déjà de ne pas être l’agent immobilier qu’il dit être. Son père voudrait le voir lui succéder à la tête de l’entreprise familiale et sa relation amoureuse souffre de ses mensonges. Sam va-t-il bientôt rompre avec ses activités douteuses et devenir un mensch, un homme bien ?

Steve Suissa a réussi, à partir d’un sujet rabattu, maintes fois traité au cinéma, un film singulier entre thriller et récit intimiste, une sorte de film de genre à hauteur du commun.
Il a fait exister autour de Sam, toute une galerie de personnages secondaires authentiques qu’il a confiés à des comédiens chevronnés comme Sami Frey, Maurice Bénichou, Myriam Boyer ou Anthony Delon, lesquels, tous magnifiques, leur donnent une épaisseur, une force qu’ils communiquent au film.
Avec un récit linéaire, des personnages secondaires parfaitement dessinés, le "Mensch"de Steve Suissa renvoie au cinéma narratif d’autrefois. Il raconte l’histoire d’hommes et de femmes plongés dans des aventures fictionnelles mais qui gardent un pied dans une réalité quotidienne. Il fait de Steve un personnage proche, d’entrée presque familier, un jeune homme qui appartient de très près à une communauté, à une famille. Cette proximité de son personnage avec ses proches fait de son activité de perceur de coffres-forts, une sorte d’accident de parcours qui ne s’explique que parce que il est de nature frondeuse, enclin à la passion et parce qu’il aime bien faire ce qu’il est capable de réussir.
Le contraste existant entre le braqueur audacieux et le père-poule attentif est l’élément clé du récit. Sam a une sorte de sens instinctif de son rôle de père. Les moments qu’il consacre à Max ne sont pas des moments pris sur ses activités, ce sont de vrais moments et dans sa vie, la parenthèse, ce qui est anecdotique, ce sont ses braquages et ce qui va avec. L’essentiel est le temps qu’il passe avec son fils. Steve Suissa a fait appel pour jouer Max à cet étonnant enfant comédien qui était déjà formidable dans "Versailles" et pour lequel il a écrit un dialogue risqué. Des répliques lucides et matures qui auraient pu tomber à plat ou sombrer dans le ridicule. Et puis, il y a Nicolas Cazalé remarqué il y a deux ans dans "Le fils de l’épicier". Il traduit avec autant de sensibilité que de rudesse les élans contradictoires qui habitent son personnage. Il est rayonnant, il est ténébreux, il est Sam.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Victor et Célia »
    Victor et Ben, deux jeunes trentenaires employés coiffeurs, ont pris la décision d’ouvrir leur propre salon de coiffure. Tout est en place pour que leur projet se réalise mais Ben sans doute victime... Lire la suite (22 avril)
  • « La miséricorde de la jungle »
    1998, dans la région de Kivu à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Pendant que la deuxième guerre du Congo fait rage, le sergent Xavier héros de guerre rwandais et le jeune soldat Faustin ont... Lire la suite (22 avril)
  • « Monrovia, Indiana »
    Monravia est une petite agglomération du Midwest américain de mille quatre cents habitants. Elle a la particularité d’avoir voté à soixante seize pour cent en faveur de Donald Trump aux dernières... Lire la suite (21 avril)
  • « Mais vous êtes fous »
    Roman est dentiste. Avec Camille, ils forment un couple assorti et heureux et sont tous deux comblés par la présence auprès d’eux de leurs deux petites filles. Mais depuis longtemps Roman cache à... Lire la suite (21 avril)
  • « L’Adieu à la nuit »
    Muriel est une grand mère comblée le jour où elle apprend que son petit fils de vingt ans va venir passer quelques jours avec elle avant son départ pour le Canada. Mais très vite, intriguée par son... Lire la suite (20 avril)