Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Calin Peter Netzer (Roumanie)

"Mère et fils" Sortie en salles le 15 janvier 2014.

Cornelia, la soixantaine élégante, est architecte-scénographe. Son mari est médecin. Ils ont acquis une position sociale grâce à leurs relations et à leurs accointances avec l’ancien régime roumain. Ils jouissaient sans doute d’un traitement de faveur sous Ceaucescu.

Cornelia, mère abusive qui s’ignore, a des relations tendues avec son fils qu’elle souhaiterait plus proche d’elle.

Lorsqu’elle apprend qu’il a provoqué la mort d’un adolescent au volant de sa voiture, elle va faire jouer toutes ses relations pour le sortir de cette situation qui lui fait encourir une peine de prison.

Au cours de ses démarches, elle va découvrir les limites de son pouvoir et les effets de l’humiliation. Et que la frontière entre amour maternel et manipulation est très étroit.

Calin Petre Netzer appartient à la mouvance du nouveau cinéma roumain qui a été propulsé par la critique internationale et la présence de films hautement récompensés dans les plus grands festivals.

On peut citer entre autres, Cristian Mungiu (4 mois, 3 semaines, 2 jours) ou Cristi Pulu (La mort de Dante Lazarescu).

Avec "Mère et fils" , Calin Peter Netzer plonge dans son histoire intime et dresse un portrait, sans concession, de sa propre mère.

Cornelia est une femme redoutable. Elle en perpétuel état de combat et tous ses échanges sont des rapports de force, -avec sa bonne, avec Carmen, la compagne de son fils-, moins avec son mari qu’elle a depuis longtemps étouffé et soumis à son joug.

D’autres, à sa place, auraient pu sombrer dans la dépression. Elle, elle a choisi l’état de lutte permanent.

Elle est d’autant plus redoutable dans sa relation avec son fils qu’elle n’a absolument pas conscience de ses exigences envers lui, de son comportement intrusif. Les demandes qu’elle lui fait lui paraissent naturelles, être les bases mêmes de la relation mère-fils.

Cependant, il est difficile de dire si ce qu’elle éprouve pour Barbu est de l’affection, de l’amour ou si c’est son goût du pouvoir qui la guide.

Avec l’accident de voiture de son fils, la mort de l’adolescent, la douleur des parents, Cornelia va atteindre les limites de ce pouvoir.

Dès lors, le personnage monolithique va connaître ses premières lézardes.

La construction du film qui repose sur de longs plans séquentiels sans ponctuation ou moments de relâchement, la mise en scène au scalpel, le charisme des comédiens qui interprètent tous les personnages, contribuent à faire de " Mère et fils" une de ces œuvres cinématographiques qui marquera la décennie et qui confirmera au cinéma roumain une notoriété largement méritée.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Les citronniers"
    Dans un petit village situé à la frontière de la Cisjordanie et d’Israël, Salma exploite avec la seule aide d’un vieil ouvrier, une plantation de citronniers. Or, le ministre israélien de la Défense... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Children"
    Longtemps, l’Islande a été utilisée surtout comme décor naturel pour des productions cinématographiques. Mais depuis peu, une génération de cinéastes est apparue parmi lesquels Baltasar Kormakur avec "The... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Rome plutôt que vous"
    "Rome plutôt que vous" est à plusieurs titres une œuvre passionnante. D’abord parce qu’on doit ce film à un jeune réalisateur algérien qui y mène de front un portrait de l’Algérie actuelle -nous sommes... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Dans la vie"
    Philippe Faucon est connu pour la qualité de ses films de fiction sur des sujets de société, en particulier pour celui consacré à la guerre d’Algérie "La trahison" (en 2005) et il a été primé à Cannes... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Retour à Gorée"
    Après Myriam Makeba dans les années soixante, ou Manu Dibango une décennie plus tard, Youssou N’Dour joue un rôle essentiel pour la musique africaine. Retour à Gorée raconte comment et avec une farouche... Lire la suite (Avril 2008)