Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 30 juin 2013

"Mes jambes si vous saviez quelle fumée !" adaptation Bruno Geslin et Pierre Maillet Mise en scène Bruno Geslin.

Ils apparaissent, lui et son comparse en costume de ville classique, juchés sur des talons aiguilles. Deux ou trois pas de tango, un premier éclat de rire de Pierre Molinier, la pointe d’accent et le ton du spectacle est donné.

Le spectacle est conçu à partir d’entretiens de Pierre Chaveau avec Pierre Molinier réalisés en 1972.

Le photographe (1900-1974), proche des surréalistes, avait une façon bien particulière de parler de lui. Il allait droit au but dans ses révélations les plus intimes mais qui, noyées derrière l’accent méridional et une bonhomie à tout crin, quoique crues et livrées de façon frontale, n’étaient jamais vulgaires.

Créature de ses propres fantasmes, armé de godemichés, les jambes gaînées de bas couture, portant voilette ou masque, son imagination engendre d’autres créatures inquiétantes et inconnues, monstres "multijambistes", livrant des combats archaïques avec leur propre chair, leurs propres membres, photographiées, réorganisées, recomposées.

Pierre Molinier fait état de plusieurs aspects de sa vie sexuelle, du plaisir sans cesse renouvelé, réinventé qu’il prend avec son propre corps.

Masochiste, il l’est, le dit et l’assume. L’extrémité de ses seins est une région de son corps particulièrement sensible mais il aime aussi les morsures, la sodomie brutale, les pénétrations douloureuses.

Si Pierre Molinier est un provocateur, il l’est par jeu, par gourmandise. Il l’est comme on cherche jusqu’où aller trop loin mais il ne l’est pas pour choquer.

Il y a ses monologues crus et espiègles, les intermèdes dansés, les jeux de lumières,les jeux avec la pénombre.

Pierre Molinier est obsessionnel, sulfureux, colérique, déterminé et quoiqu’il en soit, c’est un insoumis.

Sa plus belle parade est son rire, un rire qui entérine ses propos mais un rire qui, peut-être questionne plus qu’il n’y paraît et rechercher l’approbation.

Il y a, par les temps qui courent, des spectateurs qui pourraient s’offusquer…

Les autres riront de bon cœur.

Francis Dubois

Théâtre de La Bastille 76 rue de La Roquette 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative : 01 43 57 42 14

www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)