Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 30 juin 2013

"Mes jambes si vous saviez quelle fumée !" adaptation Bruno Geslin et Pierre Maillet Mise en scène Bruno Geslin.

Ils apparaissent, lui et son comparse en costume de ville classique, juchés sur des talons aiguilles. Deux ou trois pas de tango, un premier éclat de rire de Pierre Molinier, la pointe d’accent et le ton du spectacle est donné.

Le spectacle est conçu à partir d’entretiens de Pierre Chaveau avec Pierre Molinier réalisés en 1972.

Le photographe (1900-1974), proche des surréalistes, avait une façon bien particulière de parler de lui. Il allait droit au but dans ses révélations les plus intimes mais qui, noyées derrière l’accent méridional et une bonhomie à tout crin, quoique crues et livrées de façon frontale, n’étaient jamais vulgaires.

Créature de ses propres fantasmes, armé de godemichés, les jambes gaînées de bas couture, portant voilette ou masque, son imagination engendre d’autres créatures inquiétantes et inconnues, monstres "multijambistes", livrant des combats archaïques avec leur propre chair, leurs propres membres, photographiées, réorganisées, recomposées.

Pierre Molinier fait état de plusieurs aspects de sa vie sexuelle, du plaisir sans cesse renouvelé, réinventé qu’il prend avec son propre corps.

Masochiste, il l’est, le dit et l’assume. L’extrémité de ses seins est une région de son corps particulièrement sensible mais il aime aussi les morsures, la sodomie brutale, les pénétrations douloureuses.

Si Pierre Molinier est un provocateur, il l’est par jeu, par gourmandise. Il l’est comme on cherche jusqu’où aller trop loin mais il ne l’est pas pour choquer.

Il y a ses monologues crus et espiègles, les intermèdes dansés, les jeux de lumières,les jeux avec la pénombre.

Pierre Molinier est obsessionnel, sulfureux, colérique, déterminé et quoiqu’il en soit, c’est un insoumis.

Sa plus belle parade est son rire, un rire qui entérine ses propos mais un rire qui, peut-être questionne plus qu’il n’y paraît et rechercher l’approbation.

Il y a, par les temps qui courent, des spectateurs qui pourraient s’offusquer…

Les autres riront de bon cœur.

Francis Dubois

Théâtre de La Bastille 76 rue de La Roquette 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative : 01 43 57 42 14

www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)