Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Corbeliu Porumboiu (Roumanie-France)

"Métabolisme ou quand le soir tombe sur Bucarest" Sortie en salles le 16 avril 2014

.

Au bon milieu du tournage de son film, Paul décide d’inclure dans son récit une scène de nu qui reviendra à Alina, une actrice qui y interprète un second rôle et avec qui il a une relation amoureuse.

Quelle est la justification profonde d’une telle scène dans une œuvre politique ? Est-elle directement liée à son état amoureux ?

Saisi de tous ces questionnements, Paul n’est pas loin de renoncer à la scène. En attendant, pour gagner du temps vis-à-vis de sa productrice, il prétexte la rechute d’un ulcère à l’estomac, une récidive qui nécessite une radiographie.

Le tournage d’un film est semé de dangers. Le risque d’une interruption momentanée ou définitive est toujours présent.

Corbeliu Porumboiu est peut-être tout à son inquiétude quand il retourne sa caméra sur le métier de réalisateur et évite le risque d’une interruption de tournage en la provoquant de son plein gré.

A partir d’un argument fragile, celui d’introduire ou pas une scène de nu dans un film, il donne à voir le mécanisme d’un travail, d’une méthode, d’un projet en cours de réalisation et à travers ce prisme, propose une vision personnelle de l’envers du décor au cinéma.

Constitué exclusivement de longs plans-séquences, "Métabolisme" est un film "tiré au cordeau", un témoignage au tracé "géométrique" de la relation possible entre un réalisateur et sa comédienne, de l’intrusion possible de débordements narratifs improbables dans toute œuvre.

Séquence première : Paul et Alina, filmés de dos dans l’habitacle d’une voiture, installent leur relation amoureuse au cours d’une conversation où Paul livre à la jeune femme les arguments qui justifieraient l’existence d’une scène de nu dans leur film.

Séquence seconde : alors qu’Alina a conduit Paul à s’exprimer sur les vraies raisons artistiques de la scène, elle répète la scène de la salle de bains et livre avec des gestes la magie de l’instant précis où la comédienne se change en son personnage.

Le fait qu’elle mime de façon convaincante la scène tout en restant habillée détruit la nécessité de la scène de nu.

Autre séquence : Paul et Alina dînent dans un restaurant et voient s’installer pour un instant à leur table un réalisateur qui, séduit par les qualités de comédiennes d’Alina, envisage de lui donner un rôle dans le film qu’il a en préparation.

Paul comprend immédiatement qu’Alina est prête à avoir une liaison avec lui, même si elle ignore tout (et jusqu’à l’existence) de Monica Vitti, à qui l’intrus porte une grande admiration et à laquelle il la compare.

Autre séquence : La productrice du film en cours a tenu à visionner en présence de Paul le dvd de son endoscopie. Le voyage de la caméra à l’intérieur du corps de Paul est-il la recherche d’une maladie cachée ou celui du mal-être du réalisateur ?

"Metabolisme" est un film sur l’indécision poussée jusqu’à la schizophrénie d’un réalisateur acculé au doute, mais dont l’incertitude personnelle nourrit un propos politique, un regard sur les corps, sur la vie, la ville.

Pour Corneliu Porumboiu, montrer les coulisses de son métier avec des temps morts suspendus est plus important que de réaliser un film qui répondrait aux codes habituels de la narration.

Passionnant. Magnifiquement maîtrisé.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)