Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 juin à l’Essaïon

« Michael Kohlhaas »

De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux plus humbles, dusse-t-il y sacrifier sa vie, qui reste le plus marqué dans notre mémoire.

Le marchand de chevaux Michael Kohlhaas, qui se rend à la foire de Dresde se trouve arrêté par un jeune Baron qui ne le laisse passer qu’à condition qu’il lui laisse en gage ses deux plus beaux chevaux. Á son retour Michael Kohlhaas découvre que le Baron s’est moqué de lui, a fait de ses magnifiques chevaux de parade des chevaux de labour et les a réduits à l’état de rosses étiques. Ulcéré et naïf, Michael Kohlhaas s’adresse à la justice mais que pèse un marchand face à un noble lié par sa famille aux juges ? Refusant de céder, il ira au bout de tous les recours et finira par se muer en champion de la Justice, entraînant derrière lui d’autres opprimés victimes d’injustice. Pillages et incendies font changer de camp la peur pendant un temps, mais Kohlhaas finit par regretter la violence qu’il a déchaînée car il espère toujours le triomphe de la justice. Au final les puissants resteront les puissants et l’honnête homme sera broyé par ceux qui ont les titres, la richesse et le pouvoir.

Théâtre : Michael Kohlhaas

Proche du travail sur le « théâtre-récit » qu’a initié Dario Fo, le comédien et conteur, Gilbert Ponté s’est emparé de ce texte. La petite salle voûtée de pierre de l’Essaïon devient l’écrin de son travail. Pas de décor, sa voix, ses changements de ton, ses mouvements entraînent les spectateurs dans le récit et font vivre tous les personnages. Il est le marchand sur son cheval, il évoque sa femme affolée dans la salle du Palais impérial, les gardes arrogants du Baron ou les mutins bannières au poing. On est dans la tête et le cœur de Michael Kohlhaas qui voit ce en quoi il croyait, la justice et la loi, s’effondrer sous ses pieds. Les spectateurs sont au plus près de lui, suspendus à ses mots. Ils éprouvent la fierté du marchand, son indignation face au sort que fait ce petit Baron à ses magnifiques chevaux, sa colère contre l’impossibilité d’obtenir justice quand on est seulement un marchand, son refus de plier. L’acteur est magnifique et ses mots, la flamme qui brille dans ses yeux, nous lient étroitement à ce récit qui entre en résonance avec notre actualité.

Micheline Rousselet

Le lundi et le mardi à 19h45

Théâtre de l’Essaïon

6 rue Pierre au Lard 75004 Paris

Réservations 01 42 78 46 42

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)