Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michel Gondry (France)

"Microbe et Gasoil" Sortie en salles le 8 juillet 2015.

Celui qu’on surnomme Microbe est un enfant de treize ans timide et réservé, passionné par le dessin. Gasoil est du genre qui n’a pas froid aux yeux, inventif et déluré.

Leur rencontre va déboucher sur une solide amitié et la découverte commune, avec les vacances qui approchent, qu’ils n’ont pas plus l’un que l’autre, envie de passer deux mois avec leur famille.

Avec un moteur de tondeuse et quelques planches de bois, ils fabriquent une voiture et partent à l’aventure sur les routes de France.

Cinéma : Microbe et Gasoil

Partant de quelques souvenirs de son enfance, d’amis de l’époque, du projet inabouti de fabriquer avec un copain bricoleur un engin sur roues, Michel Gondry a réalisé un drôle de film, inclassable, au point de se demander à quel public il le destine.

" Microbe et Gasoil " pourrait s’adresser à de jeunes adolescents mais répond-il vraiment à ce que cette tranche d’âge attend du cinéma ?

Est-ce un film tout public qui pourrait intéresser les tout petits et permettre aux adultes de retrouver la fraîcheur des souvenirs d’enfance, la frustration de ne pas avoir réalisé quelque projet fou quand il était temps ?

" Microbe et Gasoil " renvoie à l’univers qu’on a pu trouver dans la littérature de jeunesse par le passé. C’est un conte dans la mesure où les situations que vivent les deux adolescents ne sont pas réalistes, qu’elles tiennent plus du rêve et des projets fous qu’une multitude d’obstacles de contraintes ordinaires ne cessent de contrarier.

Car comment imaginer que cette automobile-maison (un engin qui ne peut surtout pas passer inaperçu) puisse rouler librement sur les routes, fussent-elles secondaires et peu fréquentées, sans attirer l’attention, déclencher la curiosité, provoquer de la malveillance ?

Les deux gendarmes qui interviennent ne s’arrêtent pas pour demander des explications à la présence du curieux engin sur le bas-côté de la route, mais pour se photographier devant l’automobile.

Même si les deux enfants partent sans avoir prévenu leurs familles, " Microbe et Gasoil " n’est pas pour autant un film d’aventures dans la mesure où le scénario échappe aux péripéties attendues et qu’il n’est constitué que de moments, comme pris sur le vif et qui, le plus souvent, sonnent juste.

Il est évident que le film d’aventures alignant les imprévus et chargé de suspense était ce que Michel Gondry voulait surtout éviter de faire.

S’il parvient à éviter les clichés du genre et s’il préfère limiter les événements qui surviennent à des anecdotes discrètes, réussit-il pour autant à trouver un vrai ton et son film parviendra-t-il à soutenir l’intérêt pendant plus d’une heure trente ?

Or, c’est justement dans son apparente fragilité de récit, dans son économie narrative, que le film finit par dégager son originalité et par séduire et convaincre.

Mais le charme qui s’en dégage, et qui est indéniable, agira-t-il sur un jeune public gavé d’images tellement plus percutantes ?

Les jeunes publics seront-ils sensibles à la poésie de l’histoire ?

En tous cas, avec cette nouvelle réalisation, Michel Gondry est une fois de plus là où on ne l’attend pas.

Son film est soutenu par deux jeunes comédiens épatants et on retrouve, dans un personnage de mère légèrement décalé, une Audrey Tautou méconnaissable et toujours aussi épatante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)