Les obligations de service (ORS) des professeurs

Missions particulières : allègement du service ou indemnité ?

Les missions particulières peuvent être « reconnues » par un allègement du service ou rémunérées par une indemnité.

1/ LE DISPOSITIF

Le décret 2014-940 (art. 3) dispose que « Les enseignants exerçant ces missions [particulières] peuvent bénéficier d’un allègement de leur service d’enseignement attribué sur décision du recteur de l’académie » attribué par le recteur « après proposition du conseil d’administration ».

Le décret 2015-475 (art. 1er) dispose que ces missions peuvent être reconnues par le versement d’une indemnité (IMP), attribuée par le recteur sur proposition du chef d’établissement, sur « avis du conseil d’administration, après avis du conseil pédagogique ».

Cette attribution (allègement du service ou IMP) est exclusive l’une de l’autre.

La rédaction du décret 2015-475 privilégie l’attribution d’une indemnité. Cette orientation est renforcée par la circulaire 2015-058 qui cadre les missions au moyen de la fixation des taux indemnitaires attribués (cf. tableaux suivants), tout en laissant une marge de manœuvre aux chefs d’établissement dans leurs propositions et aux recteurs dans leurs décisions d’attributions.

2/ LES TAUX DE RÉFÉRENCE ET LES MISSIONS

Le ministère a fixé le montant du taux plein de l’IMP en référence au montant annuel moyen des HSA attribuées pour les décharges de service antérieures. Les taux définis par l’arrêté sont les suivants :

Taux IMPMontant annuel
Quart-taux 312,5 €
Demi-taux 625 €
Taux plein 1 250 €
Double taux 2 500 €
Triple taux 3 750 €
Modalité de paiement de l’IMP : « Lorsque que cette mission est exercée sur l’ensemble de l’année scolaire, l’indemnité est versée mensuellement par neuvième » (décret 2015-475, art. 3).
Le montant de l’IMP n’est pas indexé sur la valeur du point d’indice.

Pour le SNES-FSU,
les missions particulières constituent une charge de travail supplémentaire : elles doivent donc être prioritairement « reconnues » par l’attribution d’un allègement horaire du service d’enseignement, en suivant l’équivalence : taux plein de l’IMP = 1 h d’allègement du service.
Le SNES-FSU revendique que le montant de l’indemnité soit porté au niveau de la première HSA des professeurs agrégés et qu’il soit indexé sur la valeur du point d’indice.



Mission particulièreIMP Taux annuel de référenceAutres taux éventuels en fonction de la charge effective de travail
Coordination de discipline 1 250 € 625 € ou 2 500 €
Coordination des activités physiques sportives et artistiques (EPS) 1 250 € (si 3 ou 4 professeurs d’EPS) ou 2 500 € (si + de 4 professeurs d’EPS)
Coordination de cycle d’enseignement 1 250 € 625 € ou 2 500 €
Coordination de niveau d’enseignement 1 250 € 2 500 € (ou 3 750 € : « à titre exceptionnel »)
Référent culture 625 € 1 250 €
Référent pour les ressources et usages pédagogiques numériques 1 250 € ou 2 500 € ou 3 750 € « selon la charge de travail et le niveau d’expertise requis »
Tutorat des élèves en lycée 312,5 € ou 625 € « en fonction de l’importance effective de la mission »
Référent décrochage 1 250 € 625 € ou 2 500 €
Le quart de taux : 312,50 €

Le plus faible taux est réservé aux missions ponctuelles (circulaire 2015-058, § II-9) qui étaient auparavant éventuellement rémunérées dans la plus grande opacité par les chefs d’établissement en HSE. Ainsi, l’organisation d’un voyage scolaire, qui était parfois rémunérée sous la forme d’HSE, doit dorénavant l’être par l’attribution d’une IMP, ce qui rend plus transparente cette rémunération.

Les CPE sont aussi concernés
Le décret 2015-475 précise (art. 1) que les CPE peuvent bénéficier de l’indemnité pour mission particulière dans les mêmes conditions que les professeurs. Ainsi, les missions qu’effectuent actuellement nombre de CPE (référents « décrochage » ou « vie lycéenne », tutorat des élèves en lycée…) pourront être rémunérées.



- IMP ou HSE ?
L’utilisation des HSE pour rémunérer une mission particulière est formellement exclue : la circulaire rappelle que « le versement de l’IMP pour [les missions particulières], qui ont pour point commun de ne pas correspondre à des heures d’enseignement, doit se substituer à l’attribution d’HSE, qui n’est pas conforme au régime défini par le décret 50-1253  ».

Autres articles de la rubrique Les obligations de service (ORS) des professeurs

  • La pondération des heures d’enseignement
    Dans les articles suivants figurent les informations concernant : Le principe et le fonctionnement des pondérations La pondération en établissement REP+ Les pondérations en cycle terminal ou en STS... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Principe et fonctionnement des pondérations
    La pondération consiste à affecter d’un coefficient une heure d’enseignement, sous certaines conditions. Cela conduit à réduire, de façon progressive, le service hebdomadaire d’enseignement. 1/... Lire la suite (Septembre 2015)
  • La pondération en établissement REP+
    1/ CHAMP D’APPLICATION ET BÉNÉFICIAIRES La pondération de 1,1 des heures d’enseignement effectuées dans les établissements REP+, appliquée dès la rentrée 2014 aux établissements dits « préfigurateurs »,... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Les pondérations en cycle terminal et en STS
    La pondération des heures d’enseignement effectuées en cycle terminal ou en STS est justifiée ainsi par le décret 2014-940 (art. 6 et 7) : « pour tenir compte des spécificités en matière de préparation... Lire la suite (Septembre 2015)
  • La pondération en CPGE
    La pondération 1,5 concerne les professeurs assurant une partie de leur service en CPGE, par attribution de service. Les obligations réglementaires de service des professeurs exerçant en CPGE sont... Lire la suite (Septembre 2015)