La défense des droits humains

Mobilisation E3C : surveiller et punir

Seule réponse du ministère aux mobilisations contre les E3C : la répression.

Pendant des semaines, les personnels se sont largement mobilisés contre les E3C rejetées dans la majorité des lycées.
Le SNES-FSU est intervenu à de nombreuses reprises pour défendre les personnels
mobilisés et victimes d’une répression sans précédent.
De nombreux collègues et militants ont été injustement inquiétés.
Dernier cas en date, la semaine dernière, trois enseignants du lycée Joseph Desfontaines de Melle, dans l’académie de Poitiers, se sont vus notifier une suspension à titre conservatoire de quatre mois.

Le SNES-FSU, apporte tout son soutien aux collègues de Melle, et exige avec plusieurs autres organisations syndicales :
- l’arrêt total des mesures et procédures engagées envers nos collègues du lycée Desfontaines, ainsi que contre tous les personnels ayant participé à des actions syndicales contre les réformes et le Bac Blanquer ;
- la levée immédiate de la suspension des trois enseignants, afin qu’ils puissent renouer le lien avec leurs élèves en cette fin d’année scolaire.
La répression à l’encontre des militantes et militants syndicaux doit cesser.

Le SNES-FSU continuera de défendre celles et ceux qui feraient l’objet de poursuites au titre des actions menées dans le cadre syndical. Les convocations et les menaces pénales sont inadmissibles. Ensemble, agissons et réagissons en défense de nos collègues.

Aurélia Sarrasin

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains