Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 20 novembre 2016.

"Moi et François Mitterrand" de Hervé Le Tellier. Mise en scène Benjamin Guillard.

En mai 1981, Hervé, un vieux garçon solitaire depuis que Madeleine l’a quitté, ne s’est pas contenté d’accrocher en bonne place dans son bureau, un portrait de François Mitterrand. Il lui a écrit une lettre de félicitations sur un ton amical, presque familier.
Dans les semaines qui ont suivi il a reçu du secrétariat de l’Elysée, une lettre circulaire mais qu’il a interprétée comme un message personnalisé. Encouragé par le ton amical qu’il a cru lire dans la réponse, il a récidivé et chaque nouvelle réponse qu’il a reçue lui est apparue encore plus chaleureuse.

Et c’est ainsi qu’au fil des présidentielles, il est passé de François Mitterrand à Jacques Chirac, avec un peu plus de réserve à Nicolas Sarkozy puis, sans grand enthousiasme, à François Hollande communiquant à l’un un texte de chanson à l’attention de Carla Bruni et à l’autre un scénario auquel la productrice de cinéma Julie Gayet ne manquerait pas d’être sensible….

Il ira jusqu’à organiser chez lui, pour le centenaire de la naissance de François Mitterrand, une petite fête à laquelle seraient conviés tous ses "présidents-amis" et Madeleine qui allait être bien surprise, elle qui reprochait à Hervé d’avoir tendance à la mythomanie….

Hervé Le Tellier, membre de l’Oulipo, grand Prix de l’humour noir en 2013, romancier, poète, pilier de l’émission "Des papous dans la tête" a écrit avec "Moi et François Mitterrand" l’histoire à la fois drôle et poignante d’un individu banal, second couteau à vie, à qui sa mythomanie permet d’échapper à la monotonie de l’existence et de trouver, par le biais de son imagination, une place dans l’Histoire.
Un personnage de candide que relaient de façon savoureuse l’interprétation d’Olivier Broche, ex- membre des Deschiens chez Deschamps-Makeïeff et la mise en scène inventive et malicieuse de Benjamin Guillard.
Le texte rebondit sans cesse et quand le monologue est désopilant, on ne perd jamais de vue l’arrière-plan, le côté pathétique du personnage et on prend la mesure de la profonde solitude d’un être malchanceux qui a trouvé un moyen de garder la tête hors de l’eau.

Le portrait n’est jamais grotesque, jamais ridicule. Il est drôle de naïveté, de candeur et peut-être d’une lucidité qui fait, qu’en arrière-plan, il n’est pas dupe de la supercherie.

L’écriture est subtile et le spectacle n’a d’autre prétention que de nous offrir une comédie savoureuse, l’occasion de passer un moment de théâtre divertissant…Il y réussit pleinement.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt Paris 8ème

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)