Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Christophe le Masne (France)

« Moi, maman, ma mère et moi » Sortie en salles le 13 février 2019.

Coincé dans l’Eurostar, Benoît a raté l’enterrement de sa mère. C’est donc les obsèques passées et en piteux état que ce jeune homme lunaire rejoint la maison familiale où il retrouve son frère et ses deux sœurs. C’est là, au milieu des vestiges de son enfance et dans l’intimité de sa chambre restée dans l’état de désordre où il l’avait laissée, que vont remonter dans sa mémoire des images mais également ce qu’il est le seul à savoir et qu’il n’aurait pas dû savoir.
« Moi, maman, ma mère et moi » est une comédie nostalgique reposant essentiellement sur le personnage de Benoît, les autres personnages n’existant que par rapport à lui, sa personnalité de garçon marginal, pas toujours en prise avec la réalité.

Cinéma : Moi, maman, ma mère et moi

Le problème de « Moi, maman, ma mère et moi » c’est que ce personnage est dissonant par rapport à la tonalité que le réalisateur semblait avoir voulu donner à son film.
Si Olivia Côte, Philippe Rebbot et Lolita Chammah (d’un peu plus loin) parviennent à associer leur jeu de comédiens parfois débordant à une composition en demi-teinte ou tout au moins sans perdre de vue la tonalité du film qu’ils défendent, Grégory Montel charge son personnage et donne trop souvent dans un surjeu qui risque par là, de trahir la coloration retenue du récit.
C’est d’autant plus dommage que c’est lui qui aurait sans doute dû endosser la responsabilité d’une œuvre plus nostalgique que burlesque, basée sur les réminiscences de l’enfance, la nostalgie du temps passé d’un être rêveur et décalé.
Il y a peut-être là un malentendu qui coûte cher à Christophe le Masne et réduit le film qu’il nous propose à un petite film aimable qui se regarde sans déplaisir mais où toute la charge de profondeur est absente.

Le cadre est agréable et la maison de famille où se retrouvent ces frères et sœurs ne manque pas de charme mais l’efficacité des gags qui émaillent le récit ne font pas toujours mouche (il faut grimper aux arbres pour avoir du réseau sur son portable et bien sûr à un moment ou à un autre, on en dégringole). Ils sont parfois heureux et touchants quand on découvre la cachette que la mère avait trouvée pour épargner autrefois les tablettes de chocolat dont elle et son fils étaient également friands.

« Moi, maman, ma mère et moi » ne révolutionnera pas la comédie à la française, charmante, inégale et défendue par des acteurs bons petits soldats prêts à ressortir des arguments de jeu qui ont fait leurs preuves en d’autres occasions, rarement éloignés des performances qui leur ont assuré la reconnaissance et la sympathie du public.

A noter la présence au générique de Dominique Valadié grande comédienne de la scène et qui excelle en fantôme ici ou récemment en grand mère vigilante et réparatrice dans l’excellent « Nos batailles ». de Guillaume Senez.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)