Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"Moi qui ai servi le roi d’Angleterre" un film de Jiri Menzel - Tchéquie/Slovaquie 2007 - sortie en salles le 7 mai

Jiri Menzel et l’écrivain Bohumil Hrabal n’en sont pas à leur première collaboration. Dans les années 60, pour Petites perles au fond de l’eau, un film tiré de plusieurs nouvelles de l’auteur, Menzel alors cinéaste débutant, avait, en participation avec d’autres réalisateurs plus chevronnés, réalisé La mort de Monsieur Balthazar, un film court remarqué à sa sortie. Ce premier succès à permis à Jiri Menzel de réaliser, toujours en adaptant une nouvelle de Hrabal, un film couronné notamment par l’Oscar du meilleur film étranger en 1968, Trains étroitement surveillés.
Deux autres collaborations suivront : Vends la maison où je ne veux plus vivre tourné pendant le printemps de Prague, et Alouettes, le fil à la patte immédiatement interdit, sorti vingt ans plus tard et couronné par l’Ours d’or à Berlin en 1990.
Dès les premières années de l’Occupation soviétique, Jiri Menzel et Bohumil Hrabal reçoivent l’interdiction de travailler ensemble. Il faudra attendre 1980 pour qu’ils puissent faire La chevelure sacrifiée, un film primé à Venise et qui rencontre alors un énorme succès en Tchécoslovaquie.
Resté un grand admirateur de l’écriture de Hrabal, Jiri Menzel réalise en 2007 l’adaptation du roman qu’il considère comme une des meilleures histoires de l’auteur, Moi qui ai servi le Roi d’Angleterre. Un roman que Hrabal a écrit dans l’urgence, inspiré de la pression permanente dont il a été l’objet pendant la période de normalisation consécutive au Printemps de Prague.

Jan Dite quitte la prison de Prague où il vient de purger une peine de quinze ans pour avoir accumulé, du temps où il était chef de rang dans un grand restaurant, une fortune personnelle. Il trouve refuge dans un village dont les habitants ont été chassés après la seconde guerre mondiale et que les allemands ont déserté à l’armistice. Il se souvient de la période où, jeune homme espiègle, il avait le projet de devenir millionnaire.
Dans son film, Jiri Menzel assortit l’espiègle comportement de Jan Dite, ses insolences de chanceux chronique, ses mimiques et sa gestuelle dignes des grands burlesques, d’une narration fantaisiste à la fois réaliste mais toujours prête à mordre sur le champ onirique. Aux tables somptueuses succèdent des scènes d’amour poétiques où le corps des femmes se transforment en tableaux vivants recouverts de fleurs ou de victuailles, où la mise en scène prend parfois, à force de fluidité, des allures de chorégraphie. La vie de Jan Dite, à sa sortie de prison, est plus sobre et rustique mais cette partie du film ne se prive aucunement du même lyrisme même s’il est, cette fois teinté de nostalgie. Les belles envolées poétiques ne nous ramènent que mieux à une réalité empreinte de gravité. Ni quinze années de détention, ni de multiples épreuves dues au régime de l’époque n’auront réussi à altérer l’optimisme et le plaisir de vivre du personnage.
Sorti en 2007 dans les salles en République Tchèque, Moi qui ai servi le Roi d’Angleterre a rencontré un énorme succès critique et public.
Le film a concouru pour l’Oscar du meilleur film étranger.
Une œuvre somptueuse, changeante d’une scène à l’autre, tonique, nostalgique et optimiste, colorée et ombragée comme le cheminement d’une vie.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)