Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 août au Théâtre du Lucernaire

« Molière sur le divan »

Et si l’on revisitait Molière en compagnie de Freud ? Examiner Argan, Lucinde, Célimène ou Alceste avec les lunettes de Freud, c’est dévoiler la racine sexuelle de leurs travers et prendre plaisir à regarder en eux les malades que nous pouvons être. Sous le masque de la comédie, le thème de la mélancolie parcourt le théâtre de Molière. A l’écoute des extraits du Malade imaginaire, du Misanthrope ou du Médecin malgré lui, c’est la comédie des névroses qui défile sous nos yeux.
Michèle Brûlé, dont nous avions déjà aimé La ballade de Simone, nous propose ici une enquête oedipienne où les personnages de Molière se télescopent avec le bon sens de Toinette qui, en maîtresse du jeu, troque son costume de soubrette pour celui du psychologue. La mise en scène de Michèle Brûlé conserve l’esprit de la farce et de la comédie. La scénographie de Claire Chérel fait la part belle au rêve. Des panneaux blancs masquent les zones de tabou et les personnages, quand ils ne sont pas au centre de la scène, apparaissent en ombres chinoises ou par flashs pour nous révéler leurs fantasmes. Le décor renvoie à l’expressionnisme tout comme la stylisation du jeu, les costumes influencés par les codes vestimentaires actuels, soulignent la capacité des personnages de Molière à traverser les époques. Parfois les personnages revêtent des masques « à bec », allusion aux médecins de la peste du XVIIème siècle, mais aussi transformation en oiseaux que Freud liait aux cauchemars.
Les acteurs nous entraînent joyeusement dans leurs délires. Il y a le vieillard hypocondriaque (Bruno La Brasca), la belle-mère narcissique (Edith Monteil), la fille hystérique (Diana Laszlo, très drôle dans ses changements de registres), la tante frustrée (excellente Anaïs Tobelem, complètement déjantée) et le fils délirant et dépressif (Paul Spera). Claire Chérel excelle en Toinette, la servante et l’analyste des travers de ses maîtres.
Entrez avec délice dans cette comédie des névroses humaines !
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 48 91 10

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)