Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 novembre au Théâtre Déjazet

« Molly S. »

Molly S. est devenue aveugle à l’âge de dix mois. Elle est massothérapeute, son mari bricole entre chômage et missions humanitaires. Il a entendu parler d’un ophtalmologue brillant qui, probablement parce qu’il aime trop l’alcool, a échoué dans leur coin perdu du Donegal et qui pourrait peut-être opérer Molly. Il n’aime pas ce médecin, mais « cela vaut la peine d’essayer ». Molly hésite car elle a pris l’habitude de se passer de la vue en développant d’autres capacités, grâce à l’amour de ceux qui l’entourent. Elle reconnaît les fleurs à leur parfum, elle sait se déplacer sans voir et elle s’interroge « comment peuvent-ils savoir ce qu’ils m’enlèvent ? » Elle se laisse pourtant convaincre. L’opération semble réussir, elle recouvre la vue. Mais en croyant bien faire et en suivant surtout leur propre désir, le médecin et le monde l’ont exilé de son monde où elle avait développé des talents pour pallier sa cécité et le résultat ne sera que provisoire. Elle s’enferme alors dans la folie.

Théâtre : Molly S

Julie Brochen a adapté cette pièce d’un célèbre auteur Brian Friel, dont on a vu cette année Danser à la Lughnasa. Des chaises évoquent tous les espaces, le piano droit rappelle les pubs irlandais tout comme les verres, nombreux, posés à terre. Peut-être parce qu’elle s’est intéressée à la pièce à un moment où elle avait perdu pendant un mois l’usage d’une oreille, elle a eu l’idée de faire appel à deux chanteurs pour sortir du monologue de Molly et faire de son adaptation un récit polyphonique. Molly, très justement interprétée par Julie Brochen, raconte son histoire, ses sensations, ses joies, ses doutes. Son mari Frank et le docteur Rice en racontent leur version. Accompagnés au piano par Nikola Takov, les deux hommes sont interprétés par Olivier Dumait et Ronan Nédélec, deux chanteurs lyriques, connus sur les scènes internationales, qui passent des dialogues au chant. Sur des musiques entre autres de Benjamin Britten et de Beethoven, sur des paroles de Robert Louis Stevenson ou de Shakespeare, ils chantent des balades, des lieder qui disent l’amour, le chagrin du temps qui passe et la douleur de la perte. Cette pièce peut paraître dérangeante car en voulant bien faire, mais en cherchant chacun ce qui leur importe, les deux hommes vont condamner Molly à l’enfer et c’est la voix des chanteurs qui exalte la belle personne qu’est Molly et qui emporte notre émotion.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, matinée supplémentaire le samedi à 16h.

Théâtre Déjazet

41 bld du Temple, 75003 Paris

Réservations : 01 48 87 52 55

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Maison Maria Casares rouvre
    La Maison Maria Casares rouvre. Du 27 juillet au 20 août du lundi au vendredi à partir de 15h la Maison Maria Casares propose des spectacles en extérieur à Alloue dans les Charentes. De 15h à 18h... Lire la suite (1er août)
  • « Dans la solitude des champs de coton »
    Un dealer et son client se rencontrent ou plutôt deux solitudes s’affrontent. C’est de marchandisation des rapports humains qu’il est question dans la pièce de Bernard-Marie Koltès, mais peut-on... Lire la suite (31 juillet)
  • « Une vie de Gérard en Occident »
    Dans la salle des fêtes de Saint-Jean-des-Oies en Vendée, Gérard attend la visite de Marianne, une députée qui veut rencontrer « des vrais gens ». En l’attendant Gérard parle de sa vie, de sa commune, du... Lire la suite (27 juillet)
  • Le théâtre de la Huchette rouvre le 17 juillet
    Le théâtre de La Huchette rouvre le 17 juillet et présentera tout l’été du mardi au samedi ses deux pièces phares de Ionesco La Cantatrice chauve à 19h La leçon à 20h Renseignements et... Lire la suite (10 juillet)
  • "HEDDA"
    Cette pièce « Hedda » nous l’avions beaucoup aimée et c’est avec plaisir que nous vous invitons à la voir au théâtre de Belleville, 94 rue du Faubourg du Temple 75011 Paris Du mercredi au samedi à... Lire la suite (26 juin)