Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 novembre au Théâtre Déjazet

« Molly S. »

Molly S. est devenue aveugle à l’âge de dix mois. Elle est massothérapeute, son mari bricole entre chômage et missions humanitaires. Il a entendu parler d’un ophtalmologue brillant qui, probablement parce qu’il aime trop l’alcool, a échoué dans leur coin perdu du Donegal et qui pourrait peut-être opérer Molly. Il n’aime pas ce médecin, mais « cela vaut la peine d’essayer ». Molly hésite car elle a pris l’habitude de se passer de la vue en développant d’autres capacités, grâce à l’amour de ceux qui l’entourent. Elle reconnaît les fleurs à leur parfum, elle sait se déplacer sans voir et elle s’interroge « comment peuvent-ils savoir ce qu’ils m’enlèvent ? » Elle se laisse pourtant convaincre. L’opération semble réussir, elle recouvre la vue. Mais en croyant bien faire et en suivant surtout leur propre désir, le médecin et le monde l’ont exilé de son monde où elle avait développé des talents pour pallier sa cécité et le résultat ne sera que provisoire. Elle s’enferme alors dans la folie.

Théâtre : Molly S

Julie Brochen a adapté cette pièce d’un célèbre auteur Brian Friel, dont on a vu cette année Danser à la Lughnasa. Des chaises évoquent tous les espaces, le piano droit rappelle les pubs irlandais tout comme les verres, nombreux, posés à terre. Peut-être parce qu’elle s’est intéressée à la pièce à un moment où elle avait perdu pendant un mois l’usage d’une oreille, elle a eu l’idée de faire appel à deux chanteurs pour sortir du monologue de Molly et faire de son adaptation un récit polyphonique. Molly, très justement interprétée par Julie Brochen, raconte son histoire, ses sensations, ses joies, ses doutes. Son mari Frank et le docteur Rice en racontent leur version. Accompagnés au piano par Nikola Takov, les deux hommes sont interprétés par Olivier Dumait et Ronan Nédélec, deux chanteurs lyriques, connus sur les scènes internationales, qui passent des dialogues au chant. Sur des musiques entre autres de Benjamin Britten et de Beethoven, sur des paroles de Robert Louis Stevenson ou de Shakespeare, ils chantent des balades, des lieder qui disent l’amour, le chagrin du temps qui passe et la douleur de la perte. Cette pièce peut paraître dérangeante car en voulant bien faire, mais en cherchant chacun ce qui leur importe, les deux hommes vont condamner Molly à l’enfer et c’est la voix des chanteurs qui exalte la belle personne qu’est Molly et qui emporte notre émotion.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, matinée supplémentaire le samedi à 16h.

Théâtre Déjazet

41 bld du Temple, 75003 Paris

Réservations : 01 48 87 52 55

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)