Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de François Dupeyron (France)

"Mon âme par toi guérie" Sortie en salles le 25 septembre 2013

Frédi vient de perdre sa mère. Cette dernière qui était guérisseuse lui a transmis un don qu’il refuse d’utiliser même si, à plusieurs reprises, il a pu constater que ses mains étaient chargées d’une force capable d’arrêter une hémorragie ou de faire cesser des douleurs.

Les quelques fois où il a été contraint d’utiliser cette faculté à soulager et que son intervention s’est soldée par un succès auront suffi à asseoir sa réputation.

Dès lors on vient le consulter dans le quartier de mobile-homes où il vit et les patients qui se déplacent mettent souvent leurs derniers espoirs en lui.

Le film de François Dupeyron n’est pas dénué de qualités même si le scénario sur lequel il repose, beaucoup trop éclaté, ne le sert pas.

Le premier atout du film est l’interprétation magnifique de Grégory Gadebois, le comédien qui incarne Freddi. Il restitue toute la fragilité du personnage qui est, au physique, une masse en apparence indestructible, une espèce de force de la nature.

Freddi est de la race des agneaux, un homme foncièrement bon qui ne sait pas dire non et qui se laisse entraîner par les exigences de quiconque le sollicite. Il voudrait être débarrassé.de ce don qui le poursuit et le hante.

Son jeu repose sur la mobilité du regard, sur une sorte de qui-vive, d’inquiétude où il se tient, sur la distance qu’il s’efforce de garder avec les événements et qui lui sert de garde-fou.

Une autre qualité du film est que ne sont jamais traités comme des anecdotes les différents cas pathologiques qu’il accepte de traiter.

On ne saura pas ce que devient le gamin qu’il n’a pu éviter à moto, qui est dans le coma, sur qui il aurait bien tenté de faire intervenir le don que lui a transmis sa mère. Ou cette gamine atteinte d’une leucémie venue consulter, face à qui il se sait impuissant, ce qui lui vaut les foudres de la mère.

Il faudra sa rencontre avec Jeanne et le déclenchement d’une passion pour remettre Freddi sur pied et lui permettre de trouver la sérénité.

Jeanne est une alcoolique qu’il va secourir non pas grâce à son don de guérisseur mais par l’amour qu’il lui porte. Avec elle, il connaîtra l’apaisement et pourra s’engager sur sa route d’homme libre et accompli.

"Mon âme par toi guérie" est un film qu’on pourra voir pour la qualité du jeu des comédiens, pour certaines atmosphères particulièrement réussies. Notamment pour tout ce a trait à ce curieux village de mobile-homes.

Malheureusement le scénario n’est pas toujours assez constant et il laisse trop souvent le spectateur sur la touche.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lillian »
    Échouée à New-York, Lillian, une ressortissante russe, décide de rentrer à pied dans son pays d’origine. Seule et déterminée, elle entame un très long voyage à travers l’Amérique profonde pour tenter... Lire la suite (11 décembre)
  • « Le choix d’Ali »
    Ali vit à Paris. Il partage la vie d’Eric depuis deux ans. Un soir, alors qu’il se trouve avec son ami dans une boîte gay, il reçoit un coup de fil de Besançon qui lui apprend que sa mère vient d’être... Lire la suite (10 décembre)
  • « Pahokee, une jeunesse américaine »
    A Pahokee, petite ville située dans le sud de la Floride, le lycée est au centre de toutes les attentions et de la part de toutes les communautés à cause de son équipe de football américain, de ses... Lire la suite (10 décembre)
  • « Jeune Juliette »
    Juliette a quatorze ans. Elle vit à la campagne avec son frère aîné et son père depuis que sa mère a quitté la famille, officiellement pour asseoir sa carrière professionnelle aux États-Unis, mais plus... Lire la suite (9 décembre)
  • « La vie invisible d’Euridice Gusmao »
    Rio de Janeiro 1950, Euridice dix huit ans et Guida vingt ans, sont deux sœurs complices, très liées l’une à l’autre. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste et... Lire la suite (8 décembre)