Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Dany Levy

"Mon führer" sortie en salles le 12 mars

En 1944-45, Hitler qui pressent la défaite contre les alliés traverse une période de dépression. Or, il faut absolument qu’il retrouve le plein de sa forme pour prononcer à Berlin le grand discours qui doit le remettre sur pieds. Le ministre de la propagande Joseph Goebbels trouve en la personne d’Adolf Grünbaum, un professeur de théâtre juif autrefois connu et apprécié d’Adolf Hitler, celui qui, avec des exercices de relaxation, de respiration et autres astuces psychologiques devrait parvenir à la remise en forme du dictateur. On sort Adolf Grünbaum du camp de concentration de Sachsenhausen, on l’installe avec sa famille et on le place au service du Führer…
Dany Levy portait depuis des années le projet de faire une comédie sur le sujet en travaillant son scénario à la fois sur des faits historiques – le fait qu’Hitler ait souffert de dépression est connu- et sur une large part d’imaginaire. L’imagination pour lui ne pouvant se construire qu’à partir d’éléments de réalité tout comme la réalité nécessite, pour son passage à la narration, l’aide de la fiction. Le führer a eu effectivement un professeur de théâtre. Celui-ci était chargé comme ça se passe dans le film de lui apprendre à parler, à s’exprimer, à respirer et à libérer son imagination, à lui rendre confiance dans les moments de dépression.
Le vrai professeur de théâtre d’Hitler n’était pas juif. Il s’appelait Paul Devrient. Cette modification au scénario est sans doute là pour alimenter la comédie que Dani Lévi a voulu faire sur le sujet : Hitler se prenant d’amitié pour un juif et acceptant de jouer le jeu de la thérapie jusqu’à se déplacer à quatre pattes en aboyant. Hitler désemparé, partageant pour une nuit de sommeil le lit du couple, le chien d’Hitler dressé à faire le salut hitlérien, le führer jouant dans son bain avec un bateau de guerre d’enfant. La comédie est pataude et l’on peut préférer cette facette maladroite du film, la partie grave et émouvante qui finalement, prend le pas sur la comédie. Il faut pour cela éloigner du premier plan le personnage d’Hitler et s’attacher à celui de Grünbaum beaucoup plus subtile et juste, celui qui n’oublie jamais sa situation de juif dont la vie et celle de sa famille sont sans cesse exposées au bon vouloir et à la stratégie de Goebbels. "Mon führer" trouve sa justification dans des moments comme celui où Grunbaum découvre qu’il a été dupé et que le camp de Sachenhausen n’a pas été libéré comme on le lui a laissé croire. Dans tous ceux où il partagé entre son honnêteté qui le conduit à mener à bien sa mission auprès du führer et son projet toujours présent de l’assassiner.
Si la comédie annoncée n’est pas au rendez-vous, on peut s’attacher à l’autre versant du film et apprécier dans sa dernière apparition à l’écran l’étonnant Ulrich Mühe de La vie des autres, disparu en juillet dernier.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)