Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Martin Deus (Argentine)

« Mon meilleur ami » Sortie en salles le 27 mars 2019.

Lorenzo est un adolescent bon élève, docile et peu bavard qui vit dans une petite ville de Patagonie au sein d’une famille apparemment sans histoire.

Un jour son père et sa mère (mais la mère avec plus de réserves) décident d’accueillir sous leur toit, Caito, un garçon à peine plus âgé que Lorenzo, fils d’amis, frondeur et mystérieux. D’abord méfiant et distant, Lorenzo va se rapprocher progressivement de Caito sans se rendre compte qu’il est en train de s’engager sur le terrain difficile de l’attachement, avec cette nouvelle amitié dévorante

Et même lorsque Caito aura livré son secret qui sera l’explication de son arrivée dans la famille, malgré la gravité des faits, Lorenzo voudra le défendre et le garder auprès de lui...

Cinéma : Mon meilleur ami

Le sujet de l’adolescent attiré par son opposé dont la présence lui a été imposée par ses parents ou par les circonstances, qui le rejette dans un premier temps et qui petit à petit, non seulement s’en accommode mais sent monter en lui et à l’égard de l’intrus un attachement qui va bientôt se muer en une franche attirance, n’est pas neuf

On l’a vu traiter dans une sortie récente («  Les moissonneurs » ) ou prochaine («  Genèse  ») avec plus ou moins de bonheur.

Dans le film de Martin Deus, Lorenzo (dommage que le jeune comédien qui l’interprète soit aussi peu convaincant) est à l’âge où on commence à se découvrir et à vivre certains sentiments dans la confusion et le débordement. Mais si ses états d’âme adolescent sont au centre du récit, celui-ci est aussi une histoire d’opposition et d’affinités entre deux jeunes gens différents en de nombreux points de vue.

Le film est en cela intéressant qu’il lève le voile sur les arrières-plans de l’histoire centrale avec adresse et subtilité, au fur et à mesure que le personnage de la mère qui était dans un premier temps en retrait, prend de l’importance.

C’est par elle qu’on apprend que le père de Caito influençait à ce point négativement le père de Lorenzo, qu’elle a fait le choix, pour rompre avec le voisinage nocif des deux hommes, d’aller vivre dans une autres ville et c’est dans une deuxième partie du récit qu’on découvre la raison pour laquelle Caito a dû trouver refuge dans la famille de Lorenzo.

L’attirance de Lorenzo pour Caito est traitée avec beaucoup de finesse et de sensibilité ainsi que le moment délicat où la mère qui a compris les raisons du trouble de son fils, au cours d’ un dialogue émouvant, l’assure de son soutien en toutes circonstances.

« Mon meilleur ami  » ne révolutionnera pas le traitement au cinéma des amours homosexuelles entre adolescents mais le récit de Martin Deus ne manque pas d’émotion et Lautaro Rodrigues qui interprète Caito est remarquable tout comme Mariana Anghiteri qui joue une mère charismatique et généreuse.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)