Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alejandro Landes (Colombie – Argentine – Pays-Bas – Allemagne – Suède - Uruguay)

« Monos » Sortie en salles le 4 mars 2020.

Dans les montagnes colombiennes un groupe d’adolescents composé de garçons et de filles armés ont pour mission de veiller à ce que l’otage américaine qu’on leur a confiée reste en vie.

Cinéma : Monos

Les premières séquences de «  Monos  » font penser à un documentaire sur des enfants soldats dont le comportement pourrait faire penser qu’il se trouvent dans un camp de vacances. Tout va basculer quand la vache que les paysans voisins leur ont confiée pour qu’ils puissent ajouter du lait frais à leur ordinaire est abattue au cours d’une soirée qui a débordé. La mort de l’animal et la crainte de représailles de la part des paysans va les obliger à fuir et à se réfugier dans la jungle. Les jeunes étant poursuivis par l’armée régulière qui se rapproche et ayant peur des représailles, le climat qui s’installe dans le groupe n’est tout à coup plu au jeu.
Après la mort de leur chef qui était chargé de relayer et de faire exécuter les ordres supérieurs, livrés à eux-mêmes, qu’adviendra-t-il de leur mission initiale et de l’otage dont ils avaient la responsabilité ?

A la lecture du scénario, il a été difficile de convaincre les producteurs sollicités d’aider au projet car tous n’avaient pas la même image du film. Certains y voyaient un film d’horreur, d’autres le voyaient comme un film de science-fiction, d’autres encore comme un film de guerre. Quelque soit l’idée de ce que serait le film au final, «  Monos  » ne s’inscrivait pas dans une ligne classique de narration des films d’auteurs. Trop difficile à définir, le film n’existait que sans son propre espace qui, à la lecture, apparaissait trop singulier.

La mise en place du projet se compliquait du fait du mélange d’acteurs professionnels qui allaient être confrontés à des conditions de tournage difficiles, de la présence d’enfants mineurs, d’animaux, de scènes nécessitant la présence d’hélicoptères, de scènes tournées sous l’eau, d’effets spéciaux et digitaux.

Le film a été une aventure avant même le tournage et le tournage proprement dit s’est avéré épique avec des moments passionnants et des moments très démoralisants.

« Monos  » est une fable même si le titre sonne comme un mythe grec. Il fonctionne selon une structure éclatée dans l’espace et dans le temps. L’intimité avec les personnages les rend très proches bien que l’action ne soit située ni dans un temps donné, ni dans un lieu géographique défini. «  Monos  » est un groupe d’enfants qui constituent une mini société avec la guerre en arrière-plan, un renvoi à l’histoire de la Colombie. Les protagonistes cèdent à tout ce qui se passe dans une société ordinaire : la lutte pour le pouvoir, le besoin de se retrouver seul, le désir d’être reconnu  ;

Mais ici, toutes ces aspirations sont concentrées dans un même groupe réduit et le film est aussi une confrontation entre culture occidentale et indigène.

On a pu rapprocher «  Monos » de «  Aguirre, la colère de Dieu  » de Werner Herzog ou de «  Sa majesté des mouches  » dans lequel ce sont des enfants qui prennent possession d’une île vierge.

On pourrait penser que dans son film, Alejandro Landes a voulu révéler les racines de la violence de la Colombie au cours d’une guerre civile qui a duré 60 ans. Mais pour lui, ce que traite son film se vérifie bien au-delà de son pays, les bases de son scénario étant similaires à des tas d’autres conflits actuels.

Une œuvre inclassable, singulière et marquante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)