Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 13 juillet 2014.

"Monsieur Belleville" Création originale de la Compagnie des Treizièmes Mise en scène Brigitte Sy.

"Monsieur Belleville" est annoncé comme le premier volet d’une épopée urbaine conçue sous la forme d’un diptyque.

Monsieur Belleville est un habitant du quartier du même nom. Il en a tellement arpenté les rues jusqu’aux Lilas et cela depuis si longtemps, qu’il en connaît tous les endroits ouverts et recoins qui le caractérisent et font de ce "village citadin", un îlot familier.

Alors que rencontrer l’autre est devenu une équation complexe, le hasard, les circonstances de la vie parfois, tendent des perches. La rue est restée l’endroit où peut avoir lieu "l’accident" heureux, se produire l’imprévu pour quelqu’un qui n’attend que ça…

L’idée du quartier comme le périmètre intime de déambulations fructueuses, propices aux rencontres, le choix de la rue de Belleville, quartier branché mais resté populaire représenté sur le plateau par des projections vidéos vivantes et colorées, un personnage un peu lunaire qui erre dans cet univers et zappe sa vie, était une idée séduisante pour partir à la quête de l’autre et retrouver le Paris poétique d’autrefois.

Le travail du collectif "La Compagnie des Treizièmes" atteint parfois son but mais pas toujours.

Il faudra trouver à l’écriture, au travail sur l’image, à l’interprétation, une tonalité plus cohérente qui en constituera l’ossature.

Il faudra laisser un peu de temps pour que tout ce qui était encore distendu, flottant, lors des premières représentations se rassemble. Pour que les qualités déjà lisibles du spectacle, son potentiel poétique, drôle ou pathétique trouvent leurs marques.

La dernière partie du spectacle beaucoup plus aboutie que le début laisse augurer, dans les jours prochains, une vraie consolidation de l’ensemble.

Lorsque Monsieur Belleville, après avoir traîné ses guêtres de rencontres insolites en truandages amoureux, décide de monter sa propre entreprise, c’est pour proposer du "rien". La boutique où il vend "du vent" fait fureur. Si bien qu’il en ouvre d’autres et qu’il embauche de nouveaux vendeurs de rien.

Très vite, il est débordé !

Vision heureuse ou satanique du monde contemporain ? On s’en moque puisque le spectacle prend alors son envol.

Il y a tant d’enthousiasme chez les comédiens, une telle énergie à faire partager le plaisir de l’aventure, qu’on souhaite à ce "Monsieur Belleville" de devenir le beau spectacle abouti qu’il mérite d’être.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple 75 011 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)