Actualité théâtrale

Théâtre de Belleville, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 13 juillet 2014.

"Monsieur Belleville" Création originale de la Compagnie des Treizièmes Mise en scène Brigitte Sy.

"Monsieur Belleville" est annoncé comme le premier volet d’une épopée urbaine conçue sous la forme d’un diptyque.

Monsieur Belleville est un habitant du quartier du même nom. Il en a tellement arpenté les rues jusqu’aux Lilas et cela depuis si longtemps, qu’il en connaît tous les endroits ouverts et recoins qui le caractérisent et font de ce "village citadin", un îlot familier.

Alors que rencontrer l’autre est devenu une équation complexe, le hasard, les circonstances de la vie parfois, tendent des perches. La rue est restée l’endroit où peut avoir lieu "l’accident" heureux, se produire l’imprévu pour quelqu’un qui n’attend que ça…

L’idée du quartier comme le périmètre intime de déambulations fructueuses, propices aux rencontres, le choix de la rue de Belleville, quartier branché mais resté populaire représenté sur le plateau par des projections vidéos vivantes et colorées, un personnage un peu lunaire qui erre dans cet univers et zappe sa vie, était une idée séduisante pour partir à la quête de l’autre et retrouver le Paris poétique d’autrefois.

Le travail du collectif "La Compagnie des Treizièmes" atteint parfois son but mais pas toujours.

Il faudra trouver à l’écriture, au travail sur l’image, à l’interprétation, une tonalité plus cohérente qui en constituera l’ossature.

Il faudra laisser un peu de temps pour que tout ce qui était encore distendu, flottant, lors des premières représentations se rassemble. Pour que les qualités déjà lisibles du spectacle, son potentiel poétique, drôle ou pathétique trouvent leurs marques.

La dernière partie du spectacle beaucoup plus aboutie que le début laisse augurer, dans les jours prochains, une vraie consolidation de l’ensemble.

Lorsque Monsieur Belleville, après avoir traîné ses guêtres de rencontres insolites en truandages amoureux, décide de monter sa propre entreprise, c’est pour proposer du "rien". La boutique où il vend "du vent" fait fureur. Si bien qu’il en ouvre d’autres et qu’il embauche de nouveaux vendeurs de rien.

Très vite, il est débordé !

Vision heureuse ou satanique du monde contemporain ? On s’en moque puisque le spectacle prend alors son envol.

Il y a tant d’enthousiasme chez les comédiens, une telle énergie à faire partager le plaisir de l’aventure, qu’on souhaite à ce "Monsieur Belleville" de devenir le beau spectacle abouti qu’il mérite d’être.

Francis Dubois

Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple 75 011 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)
  • « La lune en plein jour »
    La comédienne, autrice et metteuse en scène Marisa Tomé se penche sur son histoire, une histoire marquée par l’exil, celui de son arrière grand-mère juive polonaise ayant fui la Pologne pour un pays... Lire la suite (16 janvier)
  • « Rosa Luxemburg Kabarett »
    Pourquoi faire un portrait de la révolutionnaire mythique sauvagement assassinée en janvier 1919 par ces Corps Francs qui annonçaient les S.A et le nazisme à venir ? Parce que ses discours et ses... Lire la suite (14 janvier)
  • « Du ciel tombaient des animaux »
    Quatre dames d’un certain âge sont assises prenant le thé dans un jardin. Aux trois amies s’est jointe une femme, Mrs Jarrett, qui passait dans la rue et qu’elles ont invitée à les rejoindre. Elles... Lire la suite (13 janvier)
  • « Ploutos »
    L’inégalité des richesses, un thème d’actualité avec les Gilets Jaunes que faisait pourtant déjà vivre Aristophane dans sa dernière comédie en 388 avant Jésus-Christ. Un honnête paysan athénien, Chrémyle,... Lire la suite (12 janvier)