Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 31 décembre 2010

"Monsieur Martinez" co écriture et mise en scène Quentin Defalt

Au bord d’une route, une baraque à frites, sa table et ses quelques chaises et derrière le guichet, Viviane et Suzanne, les deux sœurs pupilles de la nation qui feuillettent plus souvent des revues people qu’elles ne sont amenées à servir des clients..

Viviane est aux commandes, se perd dans les comptes et les factures pendant que Suzanne, la cadette offre ses charmes à des automobilistes de passage.
Le reste du temps, Suzanne le passe à dresser l’arbre généalogique de la famille sous la forme d’un trombinoscope mais comme elle ne dispose d’aucune photographie, elle les remplace par des clichés de stars qu’elle découpe dans les journaux. L’oncle qui a eu plusieurs femmes, c’est Johnny Halliday et la jolie cousine, Sophie Marceau ; Il y a aussi Michel Drucker mais lui c’est autre chose "il est de la famille !" dit Viviane.
La baraque à frites reçoit souvent la visite de Michaël Pichon, l’agent de sécurité, un garçon un peu simple qui ne vit que pour sa moto et qui souffre d’un défaut de prononciation.
Et puis il y a Monsieur Martinez. Il est professeur et les grandes vacances qui commencent le prennent au dépourvu. A quoi va-t-il bien pouvoir passer son temps ? Peut-être à inventer de nouveaux calembours même s’ils ne font rire personne.
Quatre personnages à double tranchant. Ils sont en apparence des personnages comiques dont on savoure la spontanéité, le langage imagé, la naïveté, l’indifférence et la générosité. Ils ne sont ni truculents ni excessifs et pourtant franchement drôles.
Mais ils sont aussi, en filigrane, tout le contraire, des solitaires, des pauvres gens qui vivent par procuration et dont les rêves sont souvent des cauchemars.
Et du coup, le drame n’est pas loin. Et quand il nous surprend, il donne toute la mesure de ce spectacle réussi tout en subtilité, malgré les apparences.
On rit beaucoup. Parfois jaune mais on rit de bon cœur. C’est plus tard qu’on pourrait se reprocher de l’avoir fait.
"Monsieur Martinez" est une petite merveille qu’il ne faudrait surtout pas manquer.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris
Co écriture et avec Juliette Coulon Olivier Faliez Charlotte Laemmel et Gaëtan Pean
Réservations
(partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)