Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un documentaire musical de Emilo R.Barrachina (Espagne)

"Morente Flamenco y Picasso" Sortie en salles le 12 septembre 2012

Enrique Morente était une des grandes figures du flamenco. Il est décédé quelques temps seulement après la fin du tournage du film qui le montre dans ses dernières apparitions publiques.

Cet artiste compositeur a ajouté à ses mises en musique, celles de poèmes peu connus de Pablo Picasso.

Le film d’Emilo R.Barrachina qui privilégie surtout les concerts de Morente, fait en parallèle référence à l’amitié qui lia de nombreuses années durant, le peintre et son coiffeur Eugénio Arias Herranz, rencontré à Saint-Paul-de-Vence.

Ce film qui relate la proximité créatrice de Picasso et d’Enrique Morente, leur étroite complicité artistique, l’admiration sans limites que le chanteur vouait au peintre, intègre dans son déroulement, en insert, quelques toiles parmi les plus engagées.

"Morente Flamenco y Picasso" est un documentaire à l’état brut que les amateurs de flamenco apprécieront.

Il aurait fallu, pour que le film puisse s’adresser à un public plus large, développer un peu plus les parties annexes de son travail documentaire, et peut-être laisser une plus large part au peintre et à son œuvre, même si le film offre l’occasion de découvrir des textes poétiques méconnus, mis en musique et interprétés avec puissance et conviction par le chanteur.

Le film d’Emilo R. Barrachina souffre d’un manque d’équilibre et d’une construction qui aurait gagné à être plus précise.

Mais il remplit totalement sa mission quand il nous permet d’en apprendre plus sur un grand chanteur de flamenco, de se laisser porter par sa voix, de savoir qu’après lui, ses deux filles qui apparaissent dans le film prendront la relève de leur père.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)