Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 15 février

"Motobécane" de Bernard Crombey d’après "Le ravisseur" de Paul Savatier, avec la complicité de Maurice Bénichou

Un homme fondamentalement honnête a hébergé chez lui pendant plusieurs mois une fillette que sa mère maltraitait. Ce fait divers dont la presse s’est emparée date de 1975. Jacques Doillon en a fait un film "La drôlesse" et Paul Savatier un livre "Le ravisseur". Il ne manquait plus qu’une version théâtrale et c’est Bernard Crombey qui la présente en transposant dans le Nord de la France une histoire qui se situait dans le Midi.
Bernard Crombey, originaire de Lille avait depuis longtemps le projet d’écrire un texte et de le dire avec l’accent picard. Cet accent qui prête autant à émouvoir qu’à faire rire, et qui transforme par sa musicalité le rythme et le verbe, lui a semblé convenir au sujet ici abordé à la fois brutal et poétique.
Bernard Crombey est auteur dramatique et comédien. Formé au cours Simon, puis au Conservatoire National d’Art Dramatique, il co-écrit avec Alain Cavalier "Le plein de super" dans lequel il interprète l’un des personnages. Suivra une période où on le verra beaucoup au cinéma dans des films de Bertrand Blier, Claude Lelouch ou Patrick Bouchitey.
On l’a vu dernièrement dans "Dialogue avec mon jardinier" de Jean Becker ou "Sagan" de Diane Kurys.
Mais on le voit surtout au théâtre où il travaille avec Brisville, Jean-Luc Moreau ou Maurice Bénichou, et à la télévision où il participe à une cinquantaine de téléfilms ou séries télévisées.

Théâtre du Rond-Point
2, bis avenue Franklin Roosevelt.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 et sur www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)