Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stephane Mercurio (France)

« Mourir ? Plutôt crever ! » Sortie en salles le 13 octobre 2010

Quand, en 2007, Stéphane Mercurio, auteur de documentaires, décide de réaliser un métrage sur la vie du compagnon de sa mère, elle ne se doute pas que la réalité (avec l’affaire Val) allait chambouler quelque peu ses plans.

Le film oscille entre une biographie de Siné, l’anticolonialiste, anticlérical, antifasciste qu’on sait, amateur de jazz, de chats et de "cul", et tout ce qui a trait à la création de Siné hebdo et au procès que lui a intenté la Licra.
Pour qui l’aurait oublié, Siné, 80 ans, est un grand dessinateur politique, de l’Express où, pendant la guerre d’Algérie, il remplaça François Mauriac, à Charlie Hedbo en passant par Jazz Hot et toute une série de revues éphémères comme "Siné Massacre" ou "l’Enragé". Ouvrant ses archives, le dessinateur se souvient avec un humour décapant et une émotion palpable, de son amitié avec Prévert (il nous régale de quelques dessins du poète) ou de sa rencontre avec Malcom X à qui il a demandé d’être le parrain de sa fille.

Mais Siné est aussi un homme fatigué, promenant sa bouteille d’oxygène partout et sur les plages de Picardie. Car la mort rôde et elle est pour Siné une hypothèse quasi quotidienne (voir à ce propos "Siné sème sa zone sur la toile"). Le film, dans la séquence prégénérique montre l’humoriste, sa femme Catherine Sinet et Bruno Delépine faisant l’acquisition d’une concession au cimetière de Montmartre, pouvant accueillir une trentaine de personnes - une copropriété en quelque sorte, comme ironise le dessinateur - et une séquence finale grandiose sur le choix du monument qui ornera le caveau et qui verra le doigt d’honneur insolent transformé en cactus d’honneur.

Ce film d’autant plus émouvant et pathétique qu’il ne s’éloigne jamais d’un humour cynique et ravageur est à rapprocher de "Choron dernière" de Pierre Carles et Eric Martin. Deux films
qui racontent des moments de la vie du journal "Charlie hedbo", la lutte menée par ces deux personnalités incontrôlables et les petites lâchetés de certains dessinateurs d’humour.

Depuis, Siné Hebdo a cessé de paraître après 86 numéros. Siné sème sa zone tous les mercredis et quelques dessinateurs essaient de reprendre le flambeau en éditant "La Mèche". Philippe Val est devenu directeur des programmes de France Inter et selon Marianne, Bernard Henri Levy arrive en tête des intellectuels français en terme de notoriété !
Francis Dubois

Expo Siné du 12 novembre au 16 décembre
Une exposition « Siné l’incorrigible  » sera présentée du 12 novembre au 16 décembre 2010 à l’École supérieure des arts et industries graphiques, plus connue sous le nom d’Ecole Estienne à Paris (18 boulevard Auguste-Blanqui 75013 Paris) où Siné a fait ses études d’art graphique. Cette exposition est conçue à l’initiative des éditions Hoëbeke et de cet établissement qui organise en permanence des évènements culturels autour de l’édition avec des expositions de grande qualité : voir www.ecole-estienne.fr, ou www.iconovox.com/blog/tag/ecole-estienne pour celles plus particulièrement marquées d’un humour décapant…
Philippe Laville

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Mon führer"
    En 1944-45, Hitler qui pressent la défaite contre les alliés traverse une période de dépression. Or, il faut absolument qu’il retrouve le plein de sa forme pour prononcer à Berlin le grand discours... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Le voyage de Primo Levi"
    Lorsqu’il est libéré du camp d’Auschwitz en janvier 1945, Primo Levi décide de rejoindre l’Italie et la ville de Turin. Le voyage durera dix mois au cours desquels il devra traverser la Pologne,... Lire la suite (Mars 2008)
  • "La Maison jaune"
    Amor Hakkar a quitté les Aurès où il est né en 1958, à l’âge de six mois, pour aller vivre avec sa famille en France, à Besançon. En 2002, à l’occasion du décès de son père, il fait un retour en Algérie.... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’orphelinat"
    Présenté à la Semaine de la critique au dernier festival de Cannes et couronné du Grand Prix au festival de Gérardmer, "L’orphelinat" marque la persistance du cinéma fantastique espagnol. L’échine du... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’heure d’été"
    Voilà un beau film sur la famille, sur les rapports entre frères et sœurs, sur l’éclatement feutré de ce qu’on savait fragile mais qu’on tenait pour définitif. Un beau film léger dans sa forme, dans sa... Lire la suite (Mars 2008)