Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michaela Kezele (Allemagne)

"My beautiful country" Sortie en salles le 26 février 2014.

En 1999, l’Alliance atlantique mène une opération militaire "d’ingérence humanitaire" pour contraindre le régime de Belgrade à relâcher son emprise sur sa province rebelle du Kosovo, majoritairement albanaise.

C’est dans le contexte de ce conflit incompréhensible que Ramiz, un soldat albanais échappe par miracle aux tirs serbes.

Blessé, il trouve refuge dans la première maison d’un village sans cesse bombardé et peuplé de femmes seules.

C’est dans cette demeure que vivent Danica, jeune veuve de guerre d’origine serbe, et ses deux garçons. Lorsque Danica découvre chez elle ce soldat albanais épuisé, elle décide de le soigner au risque de mettre sa vie et celle des siens en danger.

Mais ce qui devait arriver arrive : Ramiz ne reste pas longtemps insensible au charme de Danica et très vite, son attirance pour la séduisante jeune veuve est payée de retour.

Le film de Michaela Kezele s’ouvre sur une scène de barbarie guerrière. Deux soldats albanais sont abattus. Au troisième, les soldats serbes laissent la vie sauve peut-être pour le plaisir de le voir se noyer dans le fleuve qu’il lui faut traverser.

Cette première séquence insoutenable laisse présager le développement d’un épisode ciblé de cette guerre.

Mais au moment où apparaît Danica, jolie jeune femme vêtue d’une belle robe noire dans un style "couture", on devine que le film va prendre (ou a déjà pris) une bifurcation romanesque dont on espère encore qu’elle restera compatible avec le contexte du récit.

Un bandage sommaire sur une plaie béante va suffire à soigner le blessé dont on entoure la présence clandestine de bien peu de précautions si bien qu’on s’étonne que le voisinage n’en prenne pas plus vite connaissance.

Il faudra une astuce de scénario – Ramiz aidant un des enfants de Danica à descendre d’un toit- pour qu’une voisine dont l’air revêche la prédestinait à l’acte de délation, prévienne les soldats serbes.

Entre temps Danilo, le benjamin de la famille amoureux d’une petite voisine va faire une fugue pour lui rendre visite à l’hôpital, avant qu’elle ne meure de façon inattendue d’une maladie qui ronge les chairs.

Le dénouement tragique, dû à une négligence de Ramiz , rendra finalement Danica, avec une visite au cimetière, au souvenir de son mari.

Il y avait mieux à faire sur le sujet, qu’un drame romanesque. Certaines séquences réussies sont là pour en témoigner.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)