Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michaela Kezele (Allemagne)

"My beautiful country" Sortie en salles le 26 février 2014.

En 1999, l’Alliance atlantique mène une opération militaire "d’ingérence humanitaire" pour contraindre le régime de Belgrade à relâcher son emprise sur sa province rebelle du Kosovo, majoritairement albanaise.

C’est dans le contexte de ce conflit incompréhensible que Ramiz, un soldat albanais échappe par miracle aux tirs serbes.

Blessé, il trouve refuge dans la première maison d’un village sans cesse bombardé et peuplé de femmes seules.

C’est dans cette demeure que vivent Danica, jeune veuve de guerre d’origine serbe, et ses deux garçons. Lorsque Danica découvre chez elle ce soldat albanais épuisé, elle décide de le soigner au risque de mettre sa vie et celle des siens en danger.

Mais ce qui devait arriver arrive : Ramiz ne reste pas longtemps insensible au charme de Danica et très vite, son attirance pour la séduisante jeune veuve est payée de retour.

Le film de Michaela Kezele s’ouvre sur une scène de barbarie guerrière. Deux soldats albanais sont abattus. Au troisième, les soldats serbes laissent la vie sauve peut-être pour le plaisir de le voir se noyer dans le fleuve qu’il lui faut traverser.

Cette première séquence insoutenable laisse présager le développement d’un épisode ciblé de cette guerre.

Mais au moment où apparaît Danica, jolie jeune femme vêtue d’une belle robe noire dans un style "couture", on devine que le film va prendre (ou a déjà pris) une bifurcation romanesque dont on espère encore qu’elle restera compatible avec le contexte du récit.

Un bandage sommaire sur une plaie béante va suffire à soigner le blessé dont on entoure la présence clandestine de bien peu de précautions si bien qu’on s’étonne que le voisinage n’en prenne pas plus vite connaissance.

Il faudra une astuce de scénario – Ramiz aidant un des enfants de Danica à descendre d’un toit- pour qu’une voisine dont l’air revêche la prédestinait à l’acte de délation, prévienne les soldats serbes.

Entre temps Danilo, le benjamin de la famille amoureux d’une petite voisine va faire une fugue pour lui rendre visite à l’hôpital, avant qu’elle ne meure de façon inattendue d’une maladie qui ronge les chairs.

Le dénouement tragique, dû à une négligence de Ramiz , rendra finalement Danica, avec une visite au cimetière, au souvenir de son mari.

Il y avait mieux à faire sur le sujet, qu’un drame romanesque. Certaines séquences réussies sont là pour en témoigner.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Daniel Darc, pieces of my life »
    Chanteur de « Taxi Girl », groupe culte des années 80, Daniel Darc allait très vite susciter toutes sortes de légendes urbaines. Dans les années quatre vingt dix, il est sur le point de tomber dans... Lire la suite (22 juillet)
  • « Ils reviennent »
    Alors que sur la demande de son institutrice, Estrella commence à écrire un conte, après en avoir défini les motifs (prince charmant, tigre, trois vœux…) avec ses camarades de classe, une fusillade... Lire la suite (21 juillet)
  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)