Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"My father, my lord" un film de David Volach - Israël 2007

Rabbi Abraham vit avec son épouse Esther et son fils, Menahem, dix ans, dans une communauté ultra-orthodoxe à Jérusalem. Rabbi Abraham consacre sa vie à l’étude de la Tora et de la loi juive. Sa femme le suit dans ses convictions et dans ses travaux. Elle l’assiste dans l’éducation rigoureuse qu’il impose à leur enfant et dans l’enseignement et le respect de la foi. Menahem, s’il se soumet à la règle n’en est pas moins à l’âge où le monde environnant est empreint de mystères et de merveilleux.
Le drame qui va se produire au cours de vacances au bord de la Mer morte va ébranler toutes les certitudes…
David Volach, dont "My father, my lord" est la première réalisation prometteuse, a été élevé lui-même dans une famille ultra orthodoxe. Pris entre ses projets artistiques, peinture, écriture et philosophie et le désir de se réaliser à travers la religion et la foi, il fait, à vingt cinq ans le choix de quitter la religion et de se consacrer à l’étude du cinéma.
Son itinéraire explique peut-être la démarche engagée dans sa narration, la structure et la coloration de son film, le choix qu’il a fait de s’en tenir à un regard sans jamais porter de jugement. Le père malgré l’austérité, l’exigence, la dureté dont il fait preuve à l’égard de sa famille reste un personnage infiniment humain à travers le regard duquel on perçoit bonté et sensibilité. Esther, la mère devient un personnage intermédiaire qui se situe entre rigueur et tolérance et l’enfant soumis et rêveur tente de trouver dans la pratique rigoureuse de la religion qu’on lui impose une ligne qui pourrait lui convenir.

Voyage au cœur de l’intimité d’un croyant, My father, my lord a été conçu, sur le thème du sacrifice d’Isaac, comme le pendant du Décalogue 1 de Krysztof Kieslowsky. Une variation qui va en sens inverse. Chez Kieslowsky on va de la croyance absolue en la science rationnelle à la reconnaissance d’un mystère métaphysique alors que chez Volach on part du métaphysique religieux pour considérer une réalité dans ses manifestations quotidiennes.
Film d’une grande sobriété ou chaque scène est vouée à l’efficacité narrative stricte, esthétique par la grande simplicité et la rigueur de ses plans, émouvant au détour d’un regard ou d’un simple geste, My father, my lord est l’histoire d’une tragédie inévitable.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)