Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

"My father, my lord" un film de David Volach - Israël 2007

Rabbi Abraham vit avec son épouse Esther et son fils, Menahem, dix ans, dans une communauté ultra-orthodoxe à Jérusalem. Rabbi Abraham consacre sa vie à l’étude de la Tora et de la loi juive. Sa femme le suit dans ses convictions et dans ses travaux. Elle l’assiste dans l’éducation rigoureuse qu’il impose à leur enfant et dans l’enseignement et le respect de la foi. Menahem, s’il se soumet à la règle n’en est pas moins à l’âge où le monde environnant est empreint de mystères et de merveilleux.
Le drame qui va se produire au cours de vacances au bord de la Mer morte va ébranler toutes les certitudes…
David Volach, dont "My father, my lord" est la première réalisation prometteuse, a été élevé lui-même dans une famille ultra orthodoxe. Pris entre ses projets artistiques, peinture, écriture et philosophie et le désir de se réaliser à travers la religion et la foi, il fait, à vingt cinq ans le choix de quitter la religion et de se consacrer à l’étude du cinéma.
Son itinéraire explique peut-être la démarche engagée dans sa narration, la structure et la coloration de son film, le choix qu’il a fait de s’en tenir à un regard sans jamais porter de jugement. Le père malgré l’austérité, l’exigence, la dureté dont il fait preuve à l’égard de sa famille reste un personnage infiniment humain à travers le regard duquel on perçoit bonté et sensibilité. Esther, la mère devient un personnage intermédiaire qui se situe entre rigueur et tolérance et l’enfant soumis et rêveur tente de trouver dans la pratique rigoureuse de la religion qu’on lui impose une ligne qui pourrait lui convenir.

Voyage au cœur de l’intimité d’un croyant, My father, my lord a été conçu, sur le thème du sacrifice d’Isaac, comme le pendant du Décalogue 1 de Krysztof Kieslowsky. Une variation qui va en sens inverse. Chez Kieslowsky on va de la croyance absolue en la science rationnelle à la reconnaissance d’un mystère métaphysique alors que chez Volach on part du métaphysique religieux pour considérer une réalité dans ses manifestations quotidiennes.
Film d’une grande sobriété ou chaque scène est vouée à l’efficacité narrative stricte, esthétique par la grande simplicité et la rigueur de ses plans, émouvant au détour d’un regard ou d’un simple geste, My father, my lord est l’histoire d’une tragédie inévitable.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)