Actualité théâtrale

Du 7 au 14 juin au Théâtre du Rond Point

" My secret garden "

Stanislas Nordey poursuit sa collaboration artistique avec le jeune auteur allemand Falk Richter, avec comme projet d’investir le politique dans l’œuvre artistique. C’est à une mise en scène du journal intime de l’écrivain que s’attachent les deux hommes, Stanislas Nordey se faisant sur scène la voix de l’écrivain. Le texte semble se construire en même temps qu’il est dit, d’où toutes les questions qui habitent le début de la pièce, sur ce qu’elle pourrait être et sur son titre éventuel. Bien qu’ayant l’apparence d’un journal intime, on est aux antipodes d’un exercice narcissique. D’ailleurs Falk Richter préfère parler d’autofiction, une fiction dramatique qui naît de sa pensée, de ses souvenirs de jeune Allemand, au regard plutôt désabusé sur l’Allemagne d’après-guerre.

La pièce démarre par un long monologue de Stanislas Nordey. C’est le propos d’un jeune homme rageur et à l’humour corrosif qu’il nous fait entendre. Il est face au spectateur et impose une présence très physique. Derrière lui un empilement de caisses d’acier forme un mur qui reflète les lumières, devient le support de quelques images, avant d’être démonté par les acteurs à la fin de la pièce à l’image d’un monde qui ne laisse derrière lui que des traces matérielles dérisoires. Par sa bouche Falk Richter se raconte, évoque sa vie auprès de parents passablement intrusifs, se livre à un examen sans indulgence de son pays, l’Allemagne, du passé hitlérien à l’Allemagne libérale, prospère et arrogante d’aujourd’hui. Stanislas Nordey fait peser le poids de chaque mot et chaque mot compte. Il est ensuite rejoint par deux autres comédiens, Laurent Sauvage et Anne Tismer, qui vont relayer les différents points de vue et niveaux de lecture de la pièce. Anne Tismer est merveilleuse d’humour et de fausse naïveté. Son énergie laisse les spectateurs époustouflés, au bord d’une explosion de rires et d’applaudissements vite contenus. C’est une grande performance d’acteurs qu’elle et Stanislas Nordey nous offrent avec cette pièce.
Micheline Rousselet

après une présentation le 30 mai à l’Apostrophe-Théâtre des Louvrais à Pontoise,
Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h
au Théâtre du Rond Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)