Actualité théâtrale

au Théâtre Ménilmontant

"N’être pas né" Jusqu’au 3 mars

« N’être pas né, quand on y songe, quel soulagement, quel espace, quelle liberté » Yves Cusset se place, dans ce quatrième seul en scène, sur le terrain de cet aphorisme de Cioran. Il se penche sur les plaisirs de la vie foetale, sur les affres de la naissance et les inquiétudes de la petite enfance. Il est fasciné par le rapport de la mère et de son enfant, sur la pauvreté des mâles incapables de se débarrasser sérieusement de leur mère pour aimer vraiment, sur la place du père dans ce duo.

Après l’exploration de la philosophie et de la politique, Yves Cusset, normalien et agrégé de philosophie, s’aventure cette fois sur le terrain de l’intime, aux frontières de la psychanalyse. Mais comme dans ses spectacles précédents, c’est le registre de l’humour qu’il a choisi. On est donc dans un one-man show comique mais, comme il le dit lui-même, « on est dans cette logique absurde où l’on part du rire qui fait du bien pour arriver à la tragédie qui réconforte ».

Le comique chez Yves Cusset se pare de poésie et s’appuie sur un jeu sur les mots qui entraîne les spectateurs dans un tourbillon vertigineux. On pense à Devos et à Bobby Lapointe. Il fait feu de tout bois. On croise Bergson, Freud ou l’étymologie, mais le grave est toujours désamorcé et le fou-rire gagne. Cela va de « pater(e) : support qu’on accroche dans un coin », comme remarque sur la place du père dans la petite enfance, à « Adieu l’Ange, bonjour langes » au moment de la naissance en passant par « Si la vie est un exil, la mère est un asile » et « Toutes les femmes me donnent le mal de mer(e) ».

Yves Cusset est sur scène avec son polo rouge, il s’emporte, il mime, il chante même et surtout il parle. On est emporté par le rire, c’est jubilatoire et dense, on a le vertige et on voudrait parfois s’arrêter pour le lire. Mais il est là, intelligent et plein d’esprit, jonglant avec les mots et les concepts et c’est un vrai bonheur de l’écouter et de le voir.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h30, le dimanche à 16h30.
Théâtre de Ménilmontant
19 rue du Retrait, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 15 39 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)