Actualité théâtrale

au Théâtre Ménilmontant

"N’être pas né" Jusqu’au 3 mars

« N’être pas né, quand on y songe, quel soulagement, quel espace, quelle liberté » Yves Cusset se place, dans ce quatrième seul en scène, sur le terrain de cet aphorisme de Cioran. Il se penche sur les plaisirs de la vie foetale, sur les affres de la naissance et les inquiétudes de la petite enfance. Il est fasciné par le rapport de la mère et de son enfant, sur la pauvreté des mâles incapables de se débarrasser sérieusement de leur mère pour aimer vraiment, sur la place du père dans ce duo.

Après l’exploration de la philosophie et de la politique, Yves Cusset, normalien et agrégé de philosophie, s’aventure cette fois sur le terrain de l’intime, aux frontières de la psychanalyse. Mais comme dans ses spectacles précédents, c’est le registre de l’humour qu’il a choisi. On est donc dans un one-man show comique mais, comme il le dit lui-même, « on est dans cette logique absurde où l’on part du rire qui fait du bien pour arriver à la tragédie qui réconforte ».

Le comique chez Yves Cusset se pare de poésie et s’appuie sur un jeu sur les mots qui entraîne les spectateurs dans un tourbillon vertigineux. On pense à Devos et à Bobby Lapointe. Il fait feu de tout bois. On croise Bergson, Freud ou l’étymologie, mais le grave est toujours désamorcé et le fou-rire gagne. Cela va de « pater(e) : support qu’on accroche dans un coin », comme remarque sur la place du père dans la petite enfance, à « Adieu l’Ange, bonjour langes » au moment de la naissance en passant par « Si la vie est un exil, la mère est un asile » et « Toutes les femmes me donnent le mal de mer(e) ».

Yves Cusset est sur scène avec son polo rouge, il s’emporte, il mime, il chante même et surtout il parle. On est emporté par le rire, c’est jubilatoire et dense, on a le vertige et on voudrait parfois s’arrêter pour le lire. Mais il est là, intelligent et plein d’esprit, jonglant avec les mots et les concepts et c’est un vrai bonheur de l’écouter et de le voir.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h30, le dimanche à 16h30.
Théâtre de Ménilmontant
19 rue du Retrait, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 15 39 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)