Actualité théâtrale

au Théâtre Ménilmontant

"N’être pas né" Jusqu’au 3 mars

« N’être pas né, quand on y songe, quel soulagement, quel espace, quelle liberté » Yves Cusset se place, dans ce quatrième seul en scène, sur le terrain de cet aphorisme de Cioran. Il se penche sur les plaisirs de la vie foetale, sur les affres de la naissance et les inquiétudes de la petite enfance. Il est fasciné par le rapport de la mère et de son enfant, sur la pauvreté des mâles incapables de se débarrasser sérieusement de leur mère pour aimer vraiment, sur la place du père dans ce duo.

Après l’exploration de la philosophie et de la politique, Yves Cusset, normalien et agrégé de philosophie, s’aventure cette fois sur le terrain de l’intime, aux frontières de la psychanalyse. Mais comme dans ses spectacles précédents, c’est le registre de l’humour qu’il a choisi. On est donc dans un one-man show comique mais, comme il le dit lui-même, « on est dans cette logique absurde où l’on part du rire qui fait du bien pour arriver à la tragédie qui réconforte ».

Le comique chez Yves Cusset se pare de poésie et s’appuie sur un jeu sur les mots qui entraîne les spectateurs dans un tourbillon vertigineux. On pense à Devos et à Bobby Lapointe. Il fait feu de tout bois. On croise Bergson, Freud ou l’étymologie, mais le grave est toujours désamorcé et le fou-rire gagne. Cela va de « pater(e) : support qu’on accroche dans un coin », comme remarque sur la place du père dans la petite enfance, à « Adieu l’Ange, bonjour langes » au moment de la naissance en passant par « Si la vie est un exil, la mère est un asile » et « Toutes les femmes me donnent le mal de mer(e) ».

Yves Cusset est sur scène avec son polo rouge, il s’emporte, il mime, il chante même et surtout il parle. On est emporté par le rire, c’est jubilatoire et dense, on a le vertige et on voudrait parfois s’arrêter pour le lire. Mais il est là, intelligent et plein d’esprit, jonglant avec les mots et les concepts et c’est un vrai bonheur de l’écouter et de le voir.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h30, le dimanche à 16h30.
Théâtre de Ménilmontant
19 rue du Retrait, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 15 39 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)