Actualité théâtrale

au Théâtre Ménilmontant

"N’être pas né" Jusqu’au 3 mars

« N’être pas né, quand on y songe, quel soulagement, quel espace, quelle liberté » Yves Cusset se place, dans ce quatrième seul en scène, sur le terrain de cet aphorisme de Cioran. Il se penche sur les plaisirs de la vie foetale, sur les affres de la naissance et les inquiétudes de la petite enfance. Il est fasciné par le rapport de la mère et de son enfant, sur la pauvreté des mâles incapables de se débarrasser sérieusement de leur mère pour aimer vraiment, sur la place du père dans ce duo.

Après l’exploration de la philosophie et de la politique, Yves Cusset, normalien et agrégé de philosophie, s’aventure cette fois sur le terrain de l’intime, aux frontières de la psychanalyse. Mais comme dans ses spectacles précédents, c’est le registre de l’humour qu’il a choisi. On est donc dans un one-man show comique mais, comme il le dit lui-même, « on est dans cette logique absurde où l’on part du rire qui fait du bien pour arriver à la tragédie qui réconforte ».

Le comique chez Yves Cusset se pare de poésie et s’appuie sur un jeu sur les mots qui entraîne les spectateurs dans un tourbillon vertigineux. On pense à Devos et à Bobby Lapointe. Il fait feu de tout bois. On croise Bergson, Freud ou l’étymologie, mais le grave est toujours désamorcé et le fou-rire gagne. Cela va de « pater(e) : support qu’on accroche dans un coin », comme remarque sur la place du père dans la petite enfance, à « Adieu l’Ange, bonjour langes » au moment de la naissance en passant par « Si la vie est un exil, la mère est un asile » et « Toutes les femmes me donnent le mal de mer(e) ».

Yves Cusset est sur scène avec son polo rouge, il s’emporte, il mime, il chante même et surtout il parle. On est emporté par le rire, c’est jubilatoire et dense, on a le vertige et on voudrait parfois s’arrêter pour le lire. Mais il est là, intelligent et plein d’esprit, jonglant avec les mots et les concepts et c’est un vrai bonheur de l’écouter et de le voir.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h30, le dimanche à 16h30.
Théâtre de Ménilmontant
19 rue du Retrait, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 15 39 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)
  • « Chance »
    Au secrétariat de ce cabinet d’avocats frappadingue, on ne travaille pas beaucoup, mais on chante et on danse. La secrétaire, rousse et bouclée, est très salsa, l’assistant écrit des plaidoiries en mi... Lire la suite (7 février)
  • « La Dama Boba » ou celle qu’on trouvait idiote
    Au tournant du XVIème et du XVIIème siècle, l’Angleterre avait Shakespeare et l’Espagne Lope de Vega. Son œuvre est aussi foisonnante et complexe que le fut sa vie emplie de conquêtes amoureuses. C’est... Lire la suite (5 février)