Actualité théâtrale

au Théâtre Ménilmontant

"N’être pas né" Jusqu’au 3 mars

« N’être pas né, quand on y songe, quel soulagement, quel espace, quelle liberté » Yves Cusset se place, dans ce quatrième seul en scène, sur le terrain de cet aphorisme de Cioran. Il se penche sur les plaisirs de la vie foetale, sur les affres de la naissance et les inquiétudes de la petite enfance. Il est fasciné par le rapport de la mère et de son enfant, sur la pauvreté des mâles incapables de se débarrasser sérieusement de leur mère pour aimer vraiment, sur la place du père dans ce duo.

Après l’exploration de la philosophie et de la politique, Yves Cusset, normalien et agrégé de philosophie, s’aventure cette fois sur le terrain de l’intime, aux frontières de la psychanalyse. Mais comme dans ses spectacles précédents, c’est le registre de l’humour qu’il a choisi. On est donc dans un one-man show comique mais, comme il le dit lui-même, « on est dans cette logique absurde où l’on part du rire qui fait du bien pour arriver à la tragédie qui réconforte ».

Le comique chez Yves Cusset se pare de poésie et s’appuie sur un jeu sur les mots qui entraîne les spectateurs dans un tourbillon vertigineux. On pense à Devos et à Bobby Lapointe. Il fait feu de tout bois. On croise Bergson, Freud ou l’étymologie, mais le grave est toujours désamorcé et le fou-rire gagne. Cela va de « pater(e) : support qu’on accroche dans un coin », comme remarque sur la place du père dans la petite enfance, à « Adieu l’Ange, bonjour langes » au moment de la naissance en passant par « Si la vie est un exil, la mère est un asile » et « Toutes les femmes me donnent le mal de mer(e) ».

Yves Cusset est sur scène avec son polo rouge, il s’emporte, il mime, il chante même et surtout il parle. On est emporté par le rire, c’est jubilatoire et dense, on a le vertige et on voudrait parfois s’arrêter pour le lire. Mais il est là, intelligent et plein d’esprit, jonglant avec les mots et les concepts et c’est un vrai bonheur de l’écouter et de le voir.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 19h30, le dimanche à 16h30.
Théâtre de Ménilmontant
19 rue du Retrait, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 15 39 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)