Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Delphine Lanson (France)

"Naître père" Sortie en salles le 13 février 2013

"Naître père" sortira au moment où en France s’opposent les partisans et les opposants au mariage gay et au droit à l’adoption.

Jérôme et François, pacsés depuis treize ans, ont toujours exprimé leur désir d’enfant.

Un long parcours semé d’obstacles et inabouti leur avait fait abandonner le projet jusqu’à ce jour où ils ont vu un documentaire sur les mères porteuses.

Ils sont repartis aussitôt sur une autre piste pour la conquête de leur paternité.

Cette mère porteuse, ils l’ont trouvée aux États-Unis en la personne de Colleen, une jeune femme mère de trois fillettes qui exploite avec son mari une ferme d’élevage de bovins.

Colleen avait connu des difficultés avant d’avoir ses enfants et cette épreuve l’avait rendue sensible au problème. Elle était prête à offrir ses "services", neuf mois de sa vie, les séquelles d’une grossesse et d’un enfantement, pour qu’un couple habité du désir d’enfant puisse connaître une descendance.

Or, ceux qui se sont présentés était un couple d’homosexuels ce qui allait compliquer sensiblement les choses dans un premier temps. Car comment faire accepter à la famille, aux proches et surtout aux fillettes de six-sept ans que leur mère allait être enceinte mais que le (en l’occurrence ici, des jumeaux) bébé qu’elle portait ne serait en aucun cas leur petit frère ou leur petite sœur, que l’enfant reviendrait à un autre couple qui, de plus est, se trouve être un couple composé de deux personnes du même sexe.

La force de caractère dont est pourvue Colleen et qu’on détecte dès qu’on la voit apparaître à l’image, sa jovialité, sont la preuve suffisante qu’elle ne s’est pas engagée à être mère porteuse à la légère, sans y avoir mûrement réfléchi.

Les fillettes ont accepté la "fausse maternité" et la famille au grand complet semble s’être enthousiasmé pour le projet.

Mais du côté de Jérôme et François, toutes décisions ont été prises pour que ce cas de figure soit le plus encadré possible, le plus transparent aussi. Ils ont pris soin de rencontrer tous les intervenants présents dans le processus de procréation.

De la donneuse d’ovocytes à la mère porteuse en passant par le médecin traitant de Colleen ainsi que toute sa famille et celle de Franck, le mari.

De sorte que tous se sentent impliqués dans la démarche.

La naissance des jumeaux par césarienne est pour les protagonistes et pour tout l’environnement familial un moment d’allégresse. Le moment de la séparation, lorsque Jérôme et François s’apprêtent à prendre l’avion pour regagner Paris, un moment de vive émotion, peut-être même de souffrance pour Colleen, cependant satisfaite d’avoir accompli sa mission sans faillir.

Le film esquive certains points comme la situation économique de Jérôme et François (tout porte à penser qu’ils disposent d’assez de revenus pour se permettre cette adoption) ou les conditions établies entre les deux parties pour que le projet arrive à son terme.

Des zones d’ombre qui frustrent un peu. Car si la démarche militante du film ne fait bien entendu aucun doute, on est en droit de se poser la question de savoir si ce type d’adoption est à la portée de tous les couples en mal d’enfants.

Cependant, un film totalement réjouissant qu’il ne s’agit pas de prendre, même si les choses s’y articulent si bien, comme un conte de fée moderne.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)