Actualité théâtrale

jusqu’au 13 avril

"Nathan Le Sage" de Lessing au Théâtre de la Commune - CDN d’Aubervilliers -partenaire réduc’snes

Jérusalem, 1187. Le nouveau maître de la ville, le sultan Saladin, en ce temps de Croisades appelle au respect de la foi musulmans, juifs et chrétiens. Les Templiers qui tuent en invoquant Dieu échappent à son indulgence. Le trouble surgit lorsque le Sultan Saladin épargne un jeune Templier. Or, celui-ci, contre toute attente, sauve des flammes une jeune fille juive, la fille du marchand Nathan…
Pour le metteur en scène Laurent Hatat, la Jérusalem de Nathan Le Sage c’est le Belleville de Paris, le Wazemmes de Lille, où tous ces quartiers des grandes villes, pas si éloignés du Centre, bariolés et débordants d’activités où le commerce tient lieu de première règle de savoir vivre ensemble… Faire ensemble une traversée du Nathan de Lessing à la lumière des réverbères des quartiers d’aujourd’hui, c’est redécouvrir avec humour les fondamentaux du vivre ensemble.
Le goût du théâtre et plus particulièrement de la mise en scène est venue à Laurent Hatat avec l’étude de la littérature germanique et de textes de théâtre allemands. Le travail sur Nathan Le Sage s’est étalé sur une dizaine d’années entre une première approche du texte qu’il fit à l’Université et la mise en scène de la pièce dont la modernité et la profondeur du parcours des personnages l’ont séduit. Le temps de l’action de la pièce est ramené à une seule journée, une folle journée qui fait référence au sous-titre du Mariage de Figaro et l’aspect comédie de l’œuvre vient de la façon qu’a Lessing de développer sa vision politique sur le modèle familial. Tous les personnages de la pièce soumis à une tension constante mettent sans cesse Nathan face à des urgences, commandes, ultimatums, choix de comportements, nécessité constante d’agir. Mais ni le malheur, ni la difficulté ne l’acculent à l’impuissance… Après Bernard Sobel, Denis Marleau, Alexander Lang et Dominique Lurcel, Laurent Hatat est le cinquième metteur en scène à monter en France la pièce de Lessing.
Gotthold Ephraïm Lessing est l’aîné des dix garçons d’un pasteur et théologien réputé. A douze ans à peine, lecteur assidu, il entre à la Furstenshule de Saint Afra de Meissen. Il y apprend le grec, le latin et l’hébreu. Son goût pour Plaute et Térence l’amène très tôt à écrire ses premières comédies. Plus tard alors qu’il étudie le théologie et la médecine, ses vrais centres d’intérêt resteront la Littérature, la Philosophie et l’Art.
Sa vie et son œuvre seront consacrées à la recherche de la vérité, à lutter contre l’intolérance, les préjugés de classe, de nationalité ou de religion.
Né à Reims, Laurent Hatat a suivi les cours de l’Institut d’Etude théâtrale de la Sorbonne Nouvelle. Il est comédien dans la Compagnie Renaud-Barrault puis avec Olivier Py. En 1999, à la Comédie de Béthune, il met en scène Le grand cahier d’après Agota Kristof. Le spectacle, qui est la première création de sa compagnie Anima Motrix, connaît un grand succès critique et public. Il met ensuite en scène deux textes de Jean-Luc Lagarce, Music Hall et Histoire d’amour à l’Hippodrome de Douai puis au Théâtre du Nord à Lille.
Au nouveau Théâtre de Besançon, il crée en 2004 Dehors devant la porte de l’allemand Volfang Borchert et en 2007, c’est Dissident, il va sans dire de Michel Vinaver, créé à Lille et repris au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers.
Laurent Hatat est metteur en scène associé au Nouveau Théâtre de Besançon et au Théâtre du Nord jusqu’en 2010. Il anime de nombreux ateliers pour des comédiens amateurs, en lycées, en universités, au Théâtre de Besançon, à l’EPSAD. Francis Dubois

Théâtre de La Commune. Centre Dramatique National d’Aubervilliers (93)
2, rue Edouard Poisson
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16 et www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)