Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Franck Beauvais (France)

« Ne croyez surtout pas que je hurle » Sortie en salles le 25 septembre 2019.

A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà engagées avec la réalisation à son actif de plusieurs courts-métrages.

Il emménage dans un petit village d’Alsace isolé où, privé de moyens de locomotion, il connaît la plus profonde solitude, passant le plus clair de ses journées et de ses nuits à visionner des films qu’il puise dans l’importante collection accumulée au film des années.

Il survit en vendant en ligne des pièces de collection, objets vestiges d’une période faste.

Cinéma : ne croyez surtout pas que je hurle

Pour illustrer cette expérience de dénuement et de solitude, de cheminement entre misanthropie dépressive et extra lucidité, le cinéaste hyper-cinéphile distille en voix off le rendu au jour le jour de ce à quoi se résume son séjour alsacien. Un texte qui est et qui cependant échappe à la tonalité du journal intime classique.

Un montage très « serré » fait défiler une infinité de plans extraits des films, un jaillissement d’images à ce point furtives qu’elles ne livrent jamais le secret de leur provenance et finissent par former un objet cinématographique inclassable à la fois dense et d’une légèreté poétique intense.

Le texte superbe, vibrant de sincérité qui échappe à la pente de lyrisme, jamais pontifiant, fait autant écho à nos émotions les plus familières qu’à l’inquiétude qui nous taraude à propos de l’état du monde et d’un avenir incertain.

Il alterne confidences mezza-voce et fulgurances poétiques pour parler d’ aujourd’hui et des raisons pour lesquelles tout individu lucide se voit interdit de son droit à la sérénité.

On peut dire de «  Ne croyez surtout pas que je hurle  » qui est un long cri silencieux, que par sa conception même, sa construction innovante, par sa démarche narrative inédite, à sa façon, il réinvente le cinéma.

«  Un état des lieux, un état du monde, un état intérieur, celui d’un cinéphile qui trouve refuge dans la boulimie de films, des musiques stupéfiante s pour ne pas sombrer, pour ne pas couler à pic dans la trivialité du réel » . écrit le cinéaste Bertrand Mandico à propos du film.

Un film comme il en faudrait quelques uns dans l’année, pour nous rendre confiant sur l’avenir d’un cinéma novateur qui maintient contre vents et marées, un vrai souffle créatif.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)