Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Sieveking (Allemagne)

"Ne m’oublie pas" Sortie en salles le 25 septembre 2013.

Septuagénaires toujours actifs vivant dans la région de Hambourg, Gretel et Malte coulent des jours paisibles dans leur confortable demeure avec jardin.

Jusqu’à ce soir de réveillon où, en guise de repas de fête, Gretel n’a à proposer à la famille réunie qu’un simple potage. Elle a également oublié les cadeaux.

Dès lors les pertes de mémoire se multiplient et très vite, la vieille dame n’est plus en mesure d’avoir avec ses proches une conversation suivie.

Malte, ancien professeur d’Université, enseignant les mathématiques, prend la décision de faire face à la situation, d’assurer le quotidien avec ces nouvelles données.

De son côté David, l’un des enfants, cinéaste, décide de réaliser un film pour tenter de faire durer les souvenirs le plus longtemps possible.

En même temps qu’avec une équipe réduite, il filme sa mère et tente, en la faisant parler de son passé, de garder son esprit en éveil, il découvre tout un pan de la vie familiale qui lui avait totalement échappé.

Que Malte et surtout Gretel ont vécu les années soixante de façon très engagée au point d’être fichés et surveillés par les autorités suisses et de se voir refuser la prorogation de leur permis de séjour.

Que comme un couple indépendant, ils s’autorisaient l’un et l’autre des aventures extra-conjugales tout en menant une vie familiale en apparence exemplaire et en assurant l’éducation de leurs trois enfants.

Face à la fragilité de Greta qui se répercute sur lui, Malte n’oppose aucune résistance à revenir sur ce passé, sur les périodes de difficultés familiales, sur une absence de jalousie qui n’était peut-être bien qu’une façade.

Mais l’amour entre Greta et Malte qui se vivait en pointillé à l’époque, retrouve aujourd’hui, avec la maladie de Greta, toute sa force et toute sa tendresse.

Le seul projet auquel Malte tient est de recommencer à travailler les mathématiques, un retour à une passion qui nécessiterait beaucoup plus de tranquillité qu’il n’en a.

Il profite de la présence de son fils cinéaste pour s’évader quelques jours, alors qu’exténué par le quotidien que lui impose la maladie de sa mère, celui-ci décide, toujours dans l’intention de lui conserver des souvenirs, de faire avec elle un voyage, périple qui s’achèvera par les retrouvailles avec Malte qu’ils seront allés ensemble dénicher dans sa retraite.

Plus tard, ils essaieront la maison de retraite pour Greta. Cette solution est bientôt abandonnée et Greta reviendra vivre dans le pavillon familial.

La maladie de Greta aura eu un effet positif, celui de resserrer les liens familiaux qui s’étaient distendus entre les parents et les enfants, de se révéler les uns aux autres, des pans cachés de leurs vies.

Il n’était pas aisé pour David Sieveking de réaliser son projet, de le conduire jusqu’au bout Mais les moments difficiles et de découragement ont été surmontés. Il résulte de ces longs mois de tournage et de cohabitation, un film où la dignité et l’élégance des personnages en dépit des circonstances, la tendresse et la complicité retrouvées, apparaissent comme une leçon d’humanité.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)