Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cheyenne Carron (France)

"Ne nous soumets pas à la tentation" Sortie en salles le 21 décembre 2011

Le chemin d’un homme marié bien dans sa peau, bien que de nature un peu austère, croise par hasard celui d’une jeune fille paumée, délurée mais attachante.
En l’absence de sa femme, Tristan accueille en toute naiveté chez lui Sarah qui n’a nulle part où aller. Mais ce qui était prévisible survient et Sarah se retrouve dans le lit de l’homme fidèle qui jette pour l’occasion, ses principes par-dessus les moulins.
Lorsque Rachel revient plus tôt que prévu, elle veut bien croire Sarah, quand celle-ci se présente comme étant une nièce cachée de Tristan.
Cette première partie du film propose le point de vue de Tristan. Il y aura une seconde partie qui, elle, adoptera le point de vue de Sarah. Lui succédera un troisième chapitre qui dévoilera le vrai personnage de Rachel.

Chaque épisode, en reprenant chaque fois des scènes qui nous sont devenues familières au fur et à mesure du récit, donne un éclairage nouveau à l’histoire en révélant de la part de chacun, motivations obscures, secrets et règlements de comptes…
Si le sujet que développe Cheyenne Carron n’est pas d’une grande nouveauté, le traitement en trois parties distinctes, chapitrées et titrées, ne l’est pas plus. Cependant, dans un genre cinématographique un peu vieillot qui renvoie aux séries B du cinéma populaire des années 50, le récit retient parfois l’attention et peut créer, ici et là, un suspens subtil.
La présence et le jeu insolent de la jeune comédienne Guillemette Barioz ne sont pas étrangers à l’intérêt que suscite le film. Si, par son comportement fonceur et volontairement ambigu, elle dissimule à peine ses réelles fragilités, sa beauté un peu sauvage rend crédible l’entorse que Tristan fait à la ligne droite que lui a jusqu’ici dicté sa nature rigoriste de fils de pasteur.
Dans le second chapitre, le voile est levé sur la vraie personnalité de Sarah qui est une intrigante à la botte d’une petite frappe vénale dont elle est amoureuse.
Il faut en arriver au troisième volet, le récit du point de vue de Rachel, pour déboucher sur un dénouement cousu de fil blanc, pour que le charme modeste qu’on pouvait trouver à "Ne nous soumets pas à la tentation" s’en aille en fumée.
Le film aurait pu se contenter d’un intrigue plus réduite, moins alambiquée et s’en tenir à l’intérêt psychologique des personnages.
Les deux comédiennes sont très bien et elles auraient pu, par leur jeu, avec un nœud narratif plus simple, créer l’atmosphère qui aurait suffi.
Jean-François Garreaud qu’on a vu autrefois chez Chabrol et qui a fait l’essentiel de sa carrière à la télévision est beaucoup mieux dans la sobriété que dans les dérapages de jeu qui ne débouchent pas sur une création mais sur une performance simplement grimaçante.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)