Autour du Jazz

Errances new-yorkaises

« New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion

Renaud-Gabriel Pion est un orchestre à lui seul. Piano, clarinettes, saxophones, english horn, Wurlitzer et d’autres bizarreries comme dictaphone, un appareil photo… Il pourrait donc se passer d’invités pour réaliser un album en solitaire multiple. Il considère pourtant que la rencontre avec d’autres est nécessaire pour donner vie à ses compositions. Iva Bittovà et Barbara Louise Gogan, chanteuses, Arto Lindsay, guitariste et vocaliste, Ryuichi Sakamoto, pianiste, Steve Argüelles, batteur, Vikyat Singh et Jayanta Bose, tablas et Erik Truffaz, trompettiste viennent prêter leur concours. Il fallait citer tous les noms pour indiquer que pour ce « New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion a voulu dessiner des rêves mouvants de la ville-monde « qui ne dort jamais », de cette ville située sur le sol des États-Unis et qui est très américaine et un peu hors sol.

Jazz : Pion

Se promener, comme le propose le compositeur, à New York c’est visiter le monde, une expérience à nulle autre semblable. Les cultures se parlent, se font obstacle, s’opposent pour mieux se retrouver au milieu d’un nul part. Même si les clubs de jazz ont, pour la plupart, disparus, même si la Ville changeante et mouvante n’est plus tout à fait ce qu’elle était, la magie opère. Des émanations des quartiers se retrouvent dans cette musique, des voix, des sons comme un saxophoniste assis devant la Bibliothèque et qui joue, seul sur un tabouret, avec une intensité telle que le passant que je suis s’arrête, l’écoute, essaie de saisir le thème… Et, soudain, le saxophoniste, jeune, se lève, rend la chaise et s’en va.

On comprend que le multi-instrumentiste privilégie ici le saxophone. Il est nécessaire pour l’évocation de cette Ville. Pour ses matériaux, il passe de la musique contemporaine au jazz, des musiques du monde au cri, composante de cette ville aux contours étranges, de cette « ugly beauty », une laide beauté dont parlait Thelonious Monk. Mis à part quelques longueurs, cet album donne à sentir la Ville.

Nicolas Béniès.

« New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion, Dux Jazz

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)