Autour du Jazz

Errances new-yorkaises

« New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion

Renaud-Gabriel Pion est un orchestre à lui seul. Piano, clarinettes, saxophones, english horn, Wurlitzer et d’autres bizarreries comme dictaphone, un appareil photo… Il pourrait donc se passer d’invités pour réaliser un album en solitaire multiple. Il considère pourtant que la rencontre avec d’autres est nécessaire pour donner vie à ses compositions. Iva Bittovà et Barbara Louise Gogan, chanteuses, Arto Lindsay, guitariste et vocaliste, Ryuichi Sakamoto, pianiste, Steve Argüelles, batteur, Vikyat Singh et Jayanta Bose, tablas et Erik Truffaz, trompettiste viennent prêter leur concours. Il fallait citer tous les noms pour indiquer que pour ce « New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion a voulu dessiner des rêves mouvants de la ville-monde « qui ne dort jamais », de cette ville située sur le sol des États-Unis et qui est très américaine et un peu hors sol.

Jazz : Pion

Se promener, comme le propose le compositeur, à New York c’est visiter le monde, une expérience à nulle autre semblable. Les cultures se parlent, se font obstacle, s’opposent pour mieux se retrouver au milieu d’un nul part. Même si les clubs de jazz ont, pour la plupart, disparus, même si la Ville changeante et mouvante n’est plus tout à fait ce qu’elle était, la magie opère. Des émanations des quartiers se retrouvent dans cette musique, des voix, des sons comme un saxophoniste assis devant la Bibliothèque et qui joue, seul sur un tabouret, avec une intensité telle que le passant que je suis s’arrête, l’écoute, essaie de saisir le thème… Et, soudain, le saxophoniste, jeune, se lève, rend la chaise et s’en va.

On comprend que le multi-instrumentiste privilégie ici le saxophone. Il est nécessaire pour l’évocation de cette Ville. Pour ses matériaux, il passe de la musique contemporaine au jazz, des musiques du monde au cri, composante de cette ville aux contours étranges, de cette « ugly beauty », une laide beauté dont parlait Thelonious Monk. Mis à part quelques longueurs, cet album donne à sentir la Ville.

Nicolas Béniès.

« New York Sketches », Renaud-Gabriel Pion, Dux Jazz

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)
  • « Ben Webster, New York – Los Angeles, 1940 – 1962 »
    Qui écoute encore Benjamin Francis Webster ? Le saxophoniste ténor a d’abord appris le violon pour jouer du piano dès l’âge de 11 ans. Il nous reste un enregistrement qui ne nous dit rien de Ben... Lire la suite (4 novembre)
  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)