Actualité théâtrale

Du 5 au 7 décembre et du 12 au 14 décembre au Théâtre des Amandiers à Nanterre.

« Next day »

Le Centre d’art flamand Campo a proposé à Philippe Quesne, devenu depuis le nouveau directeur du Théâtre des Amandiers, de travailler avec des enfants ou des préadolescents pour une collection où figurent déjà des pièces d’Alain Platel, Tim Etchells et d’autres. Il a donc choisi treize jeunes interprètes néerlandais âgés de 8 à 11 ans. Il les a voulus musiciens et capables de travailler en groupe. Ce ne sont ni des virtuoses ni des comédiens ni des enfants de carte postale comme les aime la publicité. Ils sont à cet âge de transition où l’on est encore un enfant capable de faire d’un jeu la réalité mais aussi de se poser des questions sociales, politiques et écologiques. Il leur a proposé d’imaginer qu’ils pourraient être des super-héros capables de sauver la planète.
Théâtre : "Next Day"
Sur une toile de fond s’aligne une série d’immeubles tristes, sur le côté sont empilés des cubes de mousse. Les enfants se présentent et disent quelle scène ils ont préférée. Pour la plupart c’est l’attaque des extraterrestres et la bataille qui s’ensuit. Et à la fin on est complètement d’accord avec eux ! Avant c’est un peu long. Les enfants arrivent un par un, vont chercher leur instrument, le branchent quand c’est nécessaire, escaladent les briques de mousse, les déplacent, courent. Mais quand arrive l’attaque des extraterrestres et que la riposte s’organise menée par des enfants qui émergent du mur de briques de mousse rose, masqués de petits loups et vêtus d’une grande cape fluo, cela devient superbe. L’apaisement final, où les grandes peurs de ce siècle sont déclinées, écrites sur le mur de fond ou énoncées par un petit garçon, tandis qu’une fille fait des crêpes qu’une autre distribue dans la salle (la répartition des rôles est bien traditionnelle chez les super-héros !), se perd dans le brouhaha des jeunes ados présents dans la salle qui crie « moi, moi, moi » pour avoir des crêpes. On peut le regretter, mais après tout le grave n’est pas de mise, on rit et on sourit souvent, et le dernier mot reste à l’indiscipline et à l’invention.

Il y a dans ce spectacle la grâce de l’enfance capable de passer d’une question fondamentale sur le désastre écologique aux réalités les plus terre à terre, j’ai faim, j’ai soif. Il y a surtout ces enfants, musiciens talentueux pour certains et tous stupéfiants de naturel.

Micheline Rousselet

Vendredi 5 et 12 décembre, samedi 6 décembre à 19h30, le samedi 13 à 18h30, les dimanches 7 et 14 décembre à 15h

Théâtre Nanterre-Amandiers

7 avenue Pablo-Picasso, 92022 Nanterre

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00

www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)