Actualité théâtrale

Du 5 au 7 décembre et du 12 au 14 décembre au Théâtre des Amandiers à Nanterre.

« Next day »

Le Centre d’art flamand Campo a proposé à Philippe Quesne, devenu depuis le nouveau directeur du Théâtre des Amandiers, de travailler avec des enfants ou des préadolescents pour une collection où figurent déjà des pièces d’Alain Platel, Tim Etchells et d’autres. Il a donc choisi treize jeunes interprètes néerlandais âgés de 8 à 11 ans. Il les a voulus musiciens et capables de travailler en groupe. Ce ne sont ni des virtuoses ni des comédiens ni des enfants de carte postale comme les aime la publicité. Ils sont à cet âge de transition où l’on est encore un enfant capable de faire d’un jeu la réalité mais aussi de se poser des questions sociales, politiques et écologiques. Il leur a proposé d’imaginer qu’ils pourraient être des super-héros capables de sauver la planète.
Théâtre : "Next Day"
Sur une toile de fond s’aligne une série d’immeubles tristes, sur le côté sont empilés des cubes de mousse. Les enfants se présentent et disent quelle scène ils ont préférée. Pour la plupart c’est l’attaque des extraterrestres et la bataille qui s’ensuit. Et à la fin on est complètement d’accord avec eux ! Avant c’est un peu long. Les enfants arrivent un par un, vont chercher leur instrument, le branchent quand c’est nécessaire, escaladent les briques de mousse, les déplacent, courent. Mais quand arrive l’attaque des extraterrestres et que la riposte s’organise menée par des enfants qui émergent du mur de briques de mousse rose, masqués de petits loups et vêtus d’une grande cape fluo, cela devient superbe. L’apaisement final, où les grandes peurs de ce siècle sont déclinées, écrites sur le mur de fond ou énoncées par un petit garçon, tandis qu’une fille fait des crêpes qu’une autre distribue dans la salle (la répartition des rôles est bien traditionnelle chez les super-héros !), se perd dans le brouhaha des jeunes ados présents dans la salle qui crie « moi, moi, moi » pour avoir des crêpes. On peut le regretter, mais après tout le grave n’est pas de mise, on rit et on sourit souvent, et le dernier mot reste à l’indiscipline et à l’invention.

Il y a dans ce spectacle la grâce de l’enfance capable de passer d’une question fondamentale sur le désastre écologique aux réalités les plus terre à terre, j’ai faim, j’ai soif. Il y a surtout ces enfants, musiciens talentueux pour certains et tous stupéfiants de naturel.

Micheline Rousselet

Vendredi 5 et 12 décembre, samedi 6 décembre à 19h30, le samedi 13 à 18h30, les dimanches 7 et 14 décembre à 15h

Théâtre Nanterre-Amandiers

7 avenue Pablo-Picasso, 92022 Nanterre

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00

www.nanterre-amandiers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)