Actualité théâtrale

Théâtre des Mathurins jusqu’au 30 juin 2013

"Ninon Lenclos ou la liberté" de Hippolyte Wouters Scénographie Cyrielle Clair

Ninon de Lenclos est une femme de plaisir. Françoise d’Aubigné, future Madame de Maintenon, est une femme austère et de pouvoir.

Elles étaient amies mais, devenues rivales en amour, elles se sont éloignées l’une de l’autre. Chacune de son côté a pleinement réalisé ses ambitions. L’une mettant son intelligence au service de son cœur, l’autre son cœur au service de son intelligence.

L’avantage de Ninon de Lenclos est d’y être parvenue en se laissant aller à sa nature et d’avoir fait vivre en harmonie les élans de son cœur et les exigences de son esprit.

Hippolyte Wouters a écrit une pièce sur la confrontation de ces deux fortes personnalités en insistant sur les contrastes. Il l’a écrite en alexandrins à la manière d’un classique mais avec assez de clins d’œil et d’espièglerie pour que  « Ninon Lenclos ou la liberté  » n’apparaisse pas comme une œuvre prétentieuse ou « à la manière de », mais comme un divertissement bon enfant que vient soutenir le jeu léger, voire parfois franchement cocasse des comédiens.

L’intrigue est habile et la construction de la pièce joue adroitement avec les ellipses. Personne ne sort vainqueur ni vaincu de cette histoire de rivalité et du cheminement parallèle de deux personnages qui laissent petit à petit apparaître, derrière les affrontements, leur vraie nature, beaucoup plus nuancée et généreuse qu’il n’y avait paru.

La malice qui est dans l’écriture, dans la façon dont s’amorcent les rebondissements, dans ce qui est attendu autant que dans ce qui est imprévisible se transmet au jeu des comédiens et les écarts de comportement du roi, hors des règles et de l’étiquette, en sont un bon exemple.

Hippolyte Wouters joue avec les mots. Il se joue des rimes et assume certaines facilités avec une évidente jovialité. Il n’a certainement pas la prétention d’avoir écrit une œuvre pour la postérité. Il suffit pour lui qu’elle ravisse les comédiens qui la disent et comblent de plaisir les spectateurs qui l’écoutent.

C’est le cas, de toute évidence, à compter les nombreux rappels !

Francis Dubois

Théâtre des Mathurins 36 rue des Mathurins 75 008 Paris

Réservations au 01 42 65 90 00 .

www.theatredesmathurins.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)