Actualité théâtrale

Théâtre des Mathurins jusqu’au 30 juin 2013

"Ninon Lenclos ou la liberté" de Hippolyte Wouters Scénographie Cyrielle Clair

Ninon de Lenclos est une femme de plaisir. Françoise d’Aubigné, future Madame de Maintenon, est une femme austère et de pouvoir.

Elles étaient amies mais, devenues rivales en amour, elles se sont éloignées l’une de l’autre. Chacune de son côté a pleinement réalisé ses ambitions. L’une mettant son intelligence au service de son cœur, l’autre son cœur au service de son intelligence.

L’avantage de Ninon de Lenclos est d’y être parvenue en se laissant aller à sa nature et d’avoir fait vivre en harmonie les élans de son cœur et les exigences de son esprit.

Hippolyte Wouters a écrit une pièce sur la confrontation de ces deux fortes personnalités en insistant sur les contrastes. Il l’a écrite en alexandrins à la manière d’un classique mais avec assez de clins d’œil et d’espièglerie pour que  « Ninon Lenclos ou la liberté  » n’apparaisse pas comme une œuvre prétentieuse ou « à la manière de », mais comme un divertissement bon enfant que vient soutenir le jeu léger, voire parfois franchement cocasse des comédiens.

L’intrigue est habile et la construction de la pièce joue adroitement avec les ellipses. Personne ne sort vainqueur ni vaincu de cette histoire de rivalité et du cheminement parallèle de deux personnages qui laissent petit à petit apparaître, derrière les affrontements, leur vraie nature, beaucoup plus nuancée et généreuse qu’il n’y avait paru.

La malice qui est dans l’écriture, dans la façon dont s’amorcent les rebondissements, dans ce qui est attendu autant que dans ce qui est imprévisible se transmet au jeu des comédiens et les écarts de comportement du roi, hors des règles et de l’étiquette, en sont un bon exemple.

Hippolyte Wouters joue avec les mots. Il se joue des rimes et assume certaines facilités avec une évidente jovialité. Il n’a certainement pas la prétention d’avoir écrit une œuvre pour la postérité. Il suffit pour lui qu’elle ravisse les comédiens qui la disent et comblent de plaisir les spectateurs qui l’écoutent.

C’est le cas, de toute évidence, à compter les nombreux rappels !

Francis Dubois

Théâtre des Mathurins 36 rue des Mathurins 75 008 Paris

Réservations au 01 42 65 90 00 .

www.theatredesmathurins.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)