Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de John Erick Dowdle (USA)

"No escape" Sortie en salles le 2 septembre 2015.

Jack, un ingénieur américain, arrive pour une mission dans un pays où il imaginait qu’il aurait avec sa femme et ses deux petites filles qui l’ont accompagné, une vie paradisiaque de nanti.

Mais dès son arrivée, le projet mirifique tourne court.

Un coup d’état éclate dans la ville et la tête des expatriés se trouve aussitôt mise à prix. La vie de Jack est d’autant plus en danger que la société pour laquelle il allait travailler est contestée et dans le collimateur de l’insurrection..

Aidé par Hammond, un mercenaire britannique rencontré pendant le voyage en avion, l’ingénieur et sa famille n’ont plus qu’une solution, fuir le pays et tenter de trouver l’asile de l’autre côté de la frontière.

Cinéma : No escape

Le scénario de " No escape " semble pressé de plonger le film dans le vif de son sujet avec l’enchaînement des péripéties de la famille à travers une ville mise à feu et à sang et qui constituent l’essentiel du récit.

A peine les premières images ont-elles le temps de montrer la belle harmonie du couple ainsi que la parfaite complicité du père et de la mère avec les enfants, que la famille est déjà confrontée à une violence aussi subite qu’extrême.

A peine a-t-on le temps, au cours du voyage de l’aéroport à l’hôtel, de porter un regard avec les protagonistes sur la misère qui règne dans la ville.

Et pendant une heure et demie, ce ne seront sur l’écran que tirs d’armes fournis, fuites sous les balles, sauts dans le vide pour échapper aux poursuivants, entassements de cadavres et regards horrifiés des deux gamines.

Il semble y avoir une contradiction dans l’histoire même de ce film qui est à la gloire de la famille et dont le déroulement n’est qu’une suite de scènes de violence.

Le récit de " No escape " apporte la preuve qu’à condition d’être affectueuse, unie et complice, une famille peut tirer son épingle du jeu de situations intenables et insoutenables et traverser sans laisser de plumes les plus grands dangers.

Mais la démonstration se fait au prix de tant d’horreurs guerrières qu’elle en devient suspecte.

L’idée première des scénaristes était de faire de Jack, le personnage principal, un « monsieur tout le monde » loin des héros des films d’action. Il semble que cet objectif soit passé à la trappe au cours de l’écriture. Car Jack n’a pas son pareil pour trouve la meilleure solution quand il s’agit de sauver sa peau et de tirer d’affaire sa famille. Même si dans le dernier tiers du film, la femme prend le relais et que c’est elle qui fait preuve de la plus grande efficacité et de violence.

Il est probable que la matière de " No escape " soit dans l’air du temps, que la violence quand elle est banalisée comme ici par la force de la nécessité puisse passer pour du divertissement.

Des films de la trempe de celui-ci seraient-ils devenus une option possible du film du samedi soir ?

C’est non, car il n’y a plus de film du samedi soir et qu’on ne va plus, depuis belle lurette, au cinéma en famille.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)