Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stephan Streker (Belgique-Pakistan-Luxembourg-France)

"Noces" Sortie en salles le 22 février 2017.

Zahira, jeune étudiante belgo-pakistanaise est très proche de sa famille dont elle aime chaque membre intensément.

A la suite d’une interruption volontaire de grossesse, alors qu’elle entretient une relation amoureuse avec Pierre, un garçon du groupe d’amis étudiants qu’elle fréquente, sa famille très fidèle aux traditions et pour qui une jeune fille pakistanaise doit obligatoirement épouser un garçon pakistanais, veut lui imposer un mariage traditionnel.

Écartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, Zahira compte sur l’aide de son frère Amir dont elle est très proche.

Mais celui-ci qui connaît les mêmes tiraillements que Zaira, même s’il n’est pas insensible aux attraits de la culture occidentale, s’applique à rester dans la droite ligne des règles sociales et religieuses de son pays d’origine.

Cinéma : Noces

Le film de Stephen Streker révèle le poids des traditions de la communauté pakistanaise émigrée en Europe. L’éloignement du pays d’origine n’ôte rien à la rigueur dont font preuve les communautés exilées.

Le non-respect des règles, notamment celles concernant les mariages, peut jeter le discrédit sur une famille et la voir mise à l’index de la communauté transplantée et tout autant dans la région du Pakistan dont elle est originaire.

Stephan Streker définit son film comme une tragédie grecque dans la mesure où, comme dans la tragédie grecque, c’est la situation qui est monstrueuse et qui décide pour les personnages.

Les règles qu’imposent les coutumes et les traditions font fi de l’évolution des mentalités du pays d’adoption et il y a là une sorte de paradoxe. Une opposition entre la parfaite intégration des protagonistes au mode de vie du pays, l’adhésion à tout ce qui est avantage et commodités et le verrouillage qu’impose le respect des règles ancestrales qui sans doute peuvent paraître obsolètes jusque dans le pays d’origine.

Mariages forcés, mariages interdits, les contraintes qui, au nom de quelle morale, résistent à l’évolution naturelle des mœurs et au passage des frontières, sont des sujets dont s’empare de plus en plus le cinéma pour dénoncer la force aveugle des traditions.

Une force des traditions qui gagne jusqu’aux jeunes générations qui prennent le relais avec un arrière-goût d’intégrisme...

Un film d’une grande force...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Premières solitudes »
    Claire Simon a accompagné avec l’aide de leur professeur de lettres, dix élèves de « première option cinéma » du lycée Romain Rolland d’Ivry pendant une année, dans une approche de l’image et des... Lire la suite (10 novembre)
  • « Carmen et Lola »
    « Carmen et Lola » est l’histoire d’un amour entre deux jeunes femmes gitanes dans un milieu où règne le machisme et où l’homosexualité est un tabou. En 2009, parut dans un journal espagnol un article... Lire la suite (10 novembre)
  • « Nous Tikopia »
    L’île de Tikopia est située en Mélanésie. D’une surface de seulement 5km², elle est la plus isolée de l’archipel des Salomon. Elle est peuplée de polynésiens, habitée depuis plus de 3000 ans et ne fut... Lire la suite (6 novembre)
  • « High life »
    Un groupe d’individus condamnés à la peine de mort ont accepté, contre la levée de la peine capitale, de participer à une mission expérimentale qui consiste, dans une cabine spatiale, à servir de... Lire la suite (6 novembre)
  • « Samouni Road »
    A la périphérie de Gaza, dans une zone rurale, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C’est la première fête familiale depuis la dernière guerre au cours de laquelle Amal, ses frères et ses... Lire la suite (5 novembre)