Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stephan Streker (Belgique-Pakistan-Luxembourg-France)

"Noces" Sortie en salles le 22 février 2017.

Zahira, jeune étudiante belgo-pakistanaise est très proche de sa famille dont elle aime chaque membre intensément.

A la suite d’une interruption volontaire de grossesse, alors qu’elle entretient une relation amoureuse avec Pierre, un garçon du groupe d’amis étudiants qu’elle fréquente, sa famille très fidèle aux traditions et pour qui une jeune fille pakistanaise doit obligatoirement épouser un garçon pakistanais, veut lui imposer un mariage traditionnel.

Écartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, Zahira compte sur l’aide de son frère Amir dont elle est très proche.

Mais celui-ci qui connaît les mêmes tiraillements que Zaira, même s’il n’est pas insensible aux attraits de la culture occidentale, s’applique à rester dans la droite ligne des règles sociales et religieuses de son pays d’origine.

Cinéma : Noces

Le film de Stephen Streker révèle le poids des traditions de la communauté pakistanaise émigrée en Europe. L’éloignement du pays d’origine n’ôte rien à la rigueur dont font preuve les communautés exilées.

Le non-respect des règles, notamment celles concernant les mariages, peut jeter le discrédit sur une famille et la voir mise à l’index de la communauté transplantée et tout autant dans la région du Pakistan dont elle est originaire.

Stephan Streker définit son film comme une tragédie grecque dans la mesure où, comme dans la tragédie grecque, c’est la situation qui est monstrueuse et qui décide pour les personnages.

Les règles qu’imposent les coutumes et les traditions font fi de l’évolution des mentalités du pays d’adoption et il y a là une sorte de paradoxe. Une opposition entre la parfaite intégration des protagonistes au mode de vie du pays, l’adhésion à tout ce qui est avantage et commodités et le verrouillage qu’impose le respect des règles ancestrales qui sans doute peuvent paraître obsolètes jusque dans le pays d’origine.

Mariages forcés, mariages interdits, les contraintes qui, au nom de quelle morale, résistent à l’évolution naturelle des mœurs et au passage des frontières, sont des sujets dont s’empare de plus en plus le cinéma pour dénoncer la force aveugle des traditions.

Une force des traditions qui gagne jusqu’aux jeunes générations qui prennent le relais avec un arrière-goût d’intégrisme...

Un film d’une grande force...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)