Actualité théâtrale

Au théâtre du Lierre, en mai et juin

"Noces de sang" de Lorca et autres initiatives artistiques

Si vous n’avez pas encore poussé la porte du Théâtre du Lierre, ce lieu toujours animé de multiples activités ouvertes sur son quartier, où expositions, débats, ateliers alternent avec les spectacles… où on peut tranquillement deviser dans l’espace original permettant quelques dégustations ou autour des publications de sa librairie… l’occasion est à saisir pour découvrir simultanément la reprise de la création du grand texte de Lorca par la compagnie animée par Farid Paya qui est à l’origine, en 1980, de ce lieu théâtral qui fut longtemps un peu perdu derrière la gare de RER au milieu de hangars et de chantiers de rénovation du quartier, et dont il reste une des traces du passé.
Noces de sang-affiche2009-2 Inspirée d’un fait divers relaté en juillet 1928, cette pièce écrite en 1931-32, créée pour la première fois à Madrid en mars 1933, est sans doute l’une des plus connues du grand poète andalou assassiné par les franquistes, Federico Garcia Lorca.
Farid Paya s’est attaché à restituer les contrastes qui marquent ce drame au cœur de la société rurale andalouse d’alors, entre réalité subie et désirs irréalisables, entre réalisme et fantaisie lyrique, entre lumières et obscurités/obscurantisme… en donnant toutes leur place aux chants et musiques, ainsi qu’à la danse (comme souvent dans ses créations), en résonance avec l’expression des douze comédiens qui mettent en valeur cette pièce majeure sur la passion amoureuse, le désir, le désordre et la désobéissance.
Autour de la pièce d’une durée de 2 heures (représentations jusqu’au 17 mai), Lierre-expo3
> une rencontre avec l’équipe artistique, jeudi 14 mai après la représentation,
> jusqu’au 5 juin, une exposition, "Toiles de noces", conçue comme un carnet de voyage par le peintre Jannick Chiraux (www.jannick-chiraux.odexpo.com), qui a suivi les acteurs de Noces de sang tout au long des représentations sur scène, hors scène et en coulisses...

Par la suite, dans le cadre de la 6ème édition de ses "Rencontres Chorégraphiques-Japon", le Théâtre du Lierre accueille, les vendredi 19 et samedi 20 juin à 20 h 30,

Loss&Layers©FP

"Loss & Layers", un solo danse-multimédia du Groupe A.lter S.essio
(conception , création sonore et vidéo Fabrice Planquette, musicien électronique), spectacle de 50 minutes interrogeant une situation de perte (repères, identité, équilibre, orientation, contrôle) dans un univers hostile.
Il sera précédé d’un Stage de danse contemporaine et buto vendredi 5 et/ou samedi 6 juin de 15 h à 18 h.

On peut aussi découvrir dans ce même lieu, du 27 au 29 mai (réservation spécifique 01 53 80 17 16) avec la Cie à Bulles, Lierrechaperon
"Little red riding hood’s cabaret", une version détournée du Petit Chaperon Rouge (en anglais !) par les élèves de seconde et leurs enseignantes du Lycée Rodin (Paris 13e).
Philippe Laville

Théâtre du Lierre
22 rue du Chevaleret, 75013 Paris (RER C et M° ligne14-Bibliothèque F. Mitterand).
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 45 86 55 83
Informations détaillées sur les spectacles : www.letheatredulierre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)